05.01.1693 (à Albestroff) Vente
par Nicolas KUNY, bourgeois d’Albestroff et Catherine POULIN sa femme
à Mengin VATRIN de Léning Altroff et Anne BECKER sa femme
d’une place masure présentement bâtie, une barraque y compris le jardin usoir devant et derrière à Réning provenant de feu Jean POULIN beau-père audit KUNY.
Témoins : Jean ZERLAUT, maître maçon à Insming, Nicolas TOLLÉ.
L’acte est insinué le 25 avril 1696 à la demande de Mengin WATRIN.

 

10.01.1693 Dettes
de Dominique VALTER, maître échevin en la justice de Bourgaltroff
envers Henry RITTER, l’un des huissiers de la prévôté royale de Dieuze (400 F 6 gros barrois).
Témoins : André GUYON, Nicolas SIMONIN, jeune fils, résidants à Dieuze
En marge : 20 janvier 1703 Le créditeur consent à la radiation.

 

13.01.1693 Vente
par le sieur Pierre MORLOT, écuyer demeurant à Lostroff, tant en son nom que comme ayant charge et pouvoir spécial de Marguerite BIZE son épouse, pouvoir daté du 27 décembre 1692
à Georges PIERRON, l’un des huissiers de la prévôté royale de Dieuze et Marie HAMAN sa femme
d’une pièce de bois à Kerprich lieu dit « à la sente d’Arlange » provenant de l’hérédité du sieur Haman BIZE ayeul paternelde ladite Marguerite BIZE (39 livres tournois).
Témoins : Jean et Claude TEMBLAIRE, maîtres cordonniers de Dieuze.

 

19.01.1693 Vente
par Humbert et Bastien COTTENET, laboureur demeurant à Guénestroff et Kerprich se portant fort de Elisabeth et Jeanne BURELLE leurs femmes à cause d’elles
à Sébastien SIMONIN, demeurant à Mulcey, et Anne GRANDJEAN sa femme
d’une pièce de vigne à Mulcey en friche (54 F barrois).
Témoins : Charles ROYDOT, maître orfèvre, Nicolas SIMONIN, clerc résidant à Dieuze.

 

24.01.1693 Donation
par Jean GUERÇONNET, laboureur à Lindre
à Nicolas GUERÇONNET son fils aîné
en considération des bons services, soulagement et assistance qu’illui a rendu depuis le temps qu’il a formé le dessein de voiturer et de tenir labourage comme il a fait depuis dix ans en ça, ayant presqu’en lui seul tous les soins nécessaires pour la conduite de cette entreprise, en telle sorte que Dieu ayant donné sa bénédiction sur leurs travaux et labeurs, il aurait gagné et amassé quelques sommes de deniers assez considérables, avec lesquels il aurait acquété quelques biens fonds au village de Lindre et notamment une place masure du sieur Gaspard MERCY, bourgeois de Dieuze et Barbe JACOB sa belle sœur, sur laquelle il aurait fait construire avec les mêmes soins et assistances que dessus une maison, grange et écurie et se sentant en conscience obligé de récompenser ledit Nicolas GUERÇONNET son fils desdits services…
donne la jouissance de ladite maison, pendant la vie naturelle durant du donateur conjointement avec lui qui s’est pareillement réservé le pouvoir d’y loger avec sa famille pendant sa viduité, pour le donataire pouvoir loger en ladite maison dès aujourd’hui et quand bon lui semblera, même avec une femme en cas qu’il viendrait à contracter mariage, privativement et à l’exclusion de ses autres frères et sœurs.
Témoins : Etienne TEMBLAIRE, maître cordonnier à Dieuze, Adam LAURENT, ci-devant échevin en la prévôté de Dieuze.

 

24.01.1693 Vente
par François THIRY, manœuvre à Tarquimpol, tant en son nom que se faisant fort de Sébastien, François, Georges et Anne THIRY enfants du mariage d’entre lui et feue Anne CITEAU sa femme,
à Demenge PIERRON, laboureur à Assenoncourt et Jeanne SCHOULER sa femme
d’une masure comme elle se contient, provenant le tout de la succession de feu le sieur Jean PELTRE que le vendeur a acquété du sieur Pierre MORLOT, écuyer demeurant à Cutting par contrat passé par devant Christophe Klein, tabellion à Dieuze le 2 juin 1682 (60 F 8 gros).
Témoins : Adam LAURENT, ci-devant échevin en la prévôté de Dieuze, Nicolas POTOT, procureur d’office de Bourgaltroff.

 

27.01.1693 Vente
par Nicolas TOUSSAINT, laboureur demeurant à Vergaville, et Anne Renée MARTIN sa femme à cause d’elle
à Etienne ANDRÉ, maître boulanger, bourgeois de Dieuze et Mengeotte RICHER sa femme
de  terres et de pré à Guéblange (1000 F barrois).
Témoins : Jean PLANCHON, maître chirurgien, Adam SCHMITT, hôte de l’image Notre Dame demeurant à Dieuze.
L’acquéreur n’a payé que 600 F et a promis de payer les 400 F restant à Pâques prochaine.
En marge : 08.04.1693 Nicolas TOUSSAINT et Renée MARTIN sa femme consentent à la radiation.

 

09.02.1693 Vente
par Joseph TOUSSAINT, avocat en parlement demeurant à Dieuze
à Charles François KIECKLER, prêtre et curé de Dieuze
d’une place ci-devant en nature de meix sis à Dieuze proche l’huilerie, contigue de la grange appartenant au sieur KIECKLER dont il se serait rendu adjudicataire sur Claude GUILLAUME (63 F barrois).
Témoins: Jean-Martin DUCHATEAU, trilleur aux salines de Dieuze, Léger Ignace GUYON, avocat en parlement, résidant à Dieuze.

 

09.02.1693 Sommation
faites par Etienne MARIN, laboureur demeurant à Vergaville à cause de Claudinette MARTIN sa femme, Elisabeth MARTIN veuve de Jean BRICHET de Vergaville en qualité de parents lignagers de Anne Renée MARTIN femme de Nicolas TOUSSAINT, laboureur à Vergaville leur sœur et belle sœur
au domicile de Etienne ANDRÉ, maître boulanger de Dieuze
pour faire retraite de 23 jours de terre à Guéblange
qu’il a acquété desdits TOUSSAINT et Anne Renée MARTIN par contrat passé par devant le notaire des présentes le 7 janvier dernier pour la somme de 1000 F barrois.

 

09.02.1693 Dettes
de Sébastien COTTENET, laboureur demeurant à Kerprich
envers Jean-Benoît KIECKLER, absent demeurant à Rome acceptant par Charles François KIECKLER, prêtre et curé de Dieuze son frère, fondé de procuration spéciale (630 F barrois) pour le prix de 21 paires de resaux de grains que le detteur lui est demeuré redevable pour le trésome du gagnage qu’il tient à bail pour l’année 1692.
Témoins : Jean Martin DUCHATEAU, trilleur aux salines de Dieuze, Claude TEMBLAIRE, maître cordonnier à Dieuze.

09.02.1693 Bail
laissé par Charles François KIECKLER, prêtre et curé de Dieuze
à Jean THIBELT, laboureur à Dieuze
d’un gagnage à Dieuze (6 années ; 16 paires de resaux).
Témoins : Jean Martin DUCHATEAU, trilleur aux salines de Dieuze, Claude TEMBLAIRE, maître cordonnier à Dieuze.

09.02.1693 Bail
laissé par Charles Henry d’AINVILLE, chevalier, sieur de Guéblange et Catherine KIECKLER son épouse
à Christian PIERRE, laboureur à Dieuze
d’un gagnage à Dieuze (3 années ; 6 paires de resaux).
Témoins : Jean Martin DUCHATEAU, trilleur aux salines de Dieuze, Claude TEMBLAIRE, maître cordonnier à Dieuze.

09.02.1693 Bail
laissé par Charles François KIECKLER, prêtre curé de Dieuze
à Georges DORÉ et François ROYER, bourgeois de Dieuze
du gagnage dépendant de la cure de Dieuze (9 années ; 17 paires de quartes).
Témoins : Claude TEMBLAIRE, maître cordonnier, Nicolas MONTFORT, marguilier, de Dieuze.

10.02.1693 Bail
laissé par Pierre GÉRIN, amodiateur de la terre et seigneurie de Marimont
à Demange CASIMIR, laboureur à Marimont
de la moitié de toute la ferme de Marimont (6 années ; …)
Acte incomplet et barré.

 

10.02.1693 Retrait lignager
fait par Etienne MARIN, laboureur à Vergaville à cause de Claudinette MARTIN sa femme, Elisabeth MARTIN veuve de défunt Jean BRICHET demeurant à Vergaville en qualité de parents proches et habils lignagers de Nicolas TOUSSAINT, laboureur demeurant à Vergaville et de Anne Renée MARTIN sa femme, leur beau-frère et soeur
des mains d’Etienne ANDRÉ, maître boulanger à Dieuze
de terres et prés à Guéblange
acquétés de Nicolas TOUSSAINT et Anne Renée MARTIN sa femme par contrat passé par devant le notaire des présentes le 27 janvier dernier pour la somme de 1000 F barrois.
La retraite est faite pour la somme de 863 F 8 gros barrois. Sur la précédente vente il restait encore à payer 400 F.
Le cédant n’a reçu que la somme de 663 F 8 gors des retrayants correspondant à la somme payée audit TOUSSAINT plus les vins et frais de lettres et autres.
Témoins : Didier VAUTRIN, h^telain où pend l’enseigne de la Croix Blanche, Dominique JADELOT, marchand à Dieuze.
Pièce jointe : 11.02.1693 (à Vergaville) Lettre de Anne Renée MARTIN.

 

13.02.1693 Marché de charpenterie
passé entre le sieur Charles PALLEOT, capitaine, châtelain de la ville de Dieuze d’une part
et André BRIEF, maître charpentier demeurant à Dieuze d’autre part.
Ce dernier s’oblige à faire une toiture entièrement à neuf en la maison seigneuriale d’Alteviller où ledit sieur PALLEOT est seigneur avec cinq chenaux d’airain sans taches, pour la vacherie poser des pièces de bois au dessus des murailles pour rehausser ladite toiture d’environ un pied, faire des séparations en dalles pour séparer le grenier du marcaire d’avec les fourrages de la largeur de la chambre d’en bas, reposer des traverses du long de ladite vacherie de trois pieds en pieds de distance, lesquelles traverses auront sept pouces d’épaisseur et huit pouces en largeur afin de pouvoir supporter les fourrages avec un saunier ( ?) au dessous avec 3 tachattes qui auront des semelles pour supporter et fortifier lesdites traverses, faire une porte double avec quatre ou cinq fenétrages comme on le trouvera le plus à propos avec un gerboir pour décharger les fourrages, faire ladite écurie que les mangeoires soient au long des murailles et part et d’autre de la longueur desdites murailles, lesquelles mangeoires seront supportées avec des bons chevalets de cinq à six pieds de distance qui iront jusqu’à la traverse, ladite mangeoire aura un pied et demi de fond et deux pieds ou deux pieds et demi de largeur en haut et en hauteur un bauchon avec une pièce de bois qui régnera au dessus dudit bauchon qui sera trouée pour servir à attacher les vaches, faire deux conduits du long de l’écurie au derrière des vaches, lesquels conduits auront deux sorties au dehors de ladite écurie pour en égoutter et écouler le pissat des vaches, faire au dessous du plancher du long de ladite écurie une plate forme de bon gros bois et le gisant à trois pieds de distance les uns des autres pour supporter le plancher et que le tout soit bien chevillé chacun bauchon de deux ou trois bonnes chevilles, mettre au dessous des vaches les bauchons de largeur et à l’allée au derrière des vaches, les bauchons de leur longueur en travers, refaire la porte du logement du marcaire et refaire à neuf celle de la grange pour la reposer plus proche de l’écurie des chevaux, faire un couverture à quatre pans au dessus du puits avec un tour et une roue après en la manière de celle dont les huilliers se servent, couper à cet effet tous les bois nécessaires pour faire lesdits ouvrages où ils lui seront marqués et les aider à charger et décharger, à dit d’expert, à commencer à y travailler incesamment et sans discontinuation, s’oblige en outre de faire une montée dans la chambre du marcaire pour monter au grenier avec une grande cheminée de cuisine,
moyennant quoi le sieur PALLEOT a promis de payer la somme de 36 écus à 3 livres l’un, sur laquelle somme ila donné aujourd’hui 6 écus avec 4 resaux de blé.
Témoins : Charles Henry d’AINVILLE, chevalier, seigneur de Guéblange, Claude GUYON, conseiller du Roy, son procureur en la prévôté de Dieuze.

 

14.02.1693 Bail
laissé par les Révérends Pères Minimes du couvent de la ville de Dieuze, par le R.P. Sébastien MANSUY, vicaire, Jean Maurice PELLIER et Antoine NOBLET, religieux audit couvent
à Jean COLLIN, laboureur demeurant à Lindre
d’un gagnage à Lindre (6 années : 8 paires de resaux).
Témoins : Jean Jacques BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenois demeurant à Dieuze, Charles DEMONTREY, manœuvre à Dieuze.
En marge : 22.06.1694 Jean COLLIN renonce au bail.

 

15.02.1693 Dette
de Claude TEMBLAIRE, maître cordonnier
envers Joseph, Jean Claude, François et Marguerite COGNIEL enfants mineurs de défunt Jean COGNIEL et Gabrielle THIRIET leurs père et mère, acceptant par Nicolas COGNIEL, leur oncle et tuteur  (84 F barrois).
Témoins : Louis MOUGEOT, Louis GUYON, jeunes fils majeurs d’ans à Dieuze.
En marge : 20.04.1693 Nicolas COGNIEL, tuteur des enfants mineurs, ayant reçu la somme, consent à la radiation.

 

18.02.1693 Dette
de Jean MARTZLOFF, laboureur demeurant à Vergaville
envers Etienne ANDRÉ, maître boulanger de Dieuze (200 F barrois).
Témoins : Nicolas POIRSON, jeune fils majeur d’ans, Dominique PAULUS, ouvrier de saline de Dieuze.
En marge : 11.02.1703 André GUYON comme ayant épousé Elisabeth ANDRÉ héritière dudit Etienne ANDRÉ a reçu la somme de 200 F et consent à la radiation.

 

18.02.1693 Marché
entre le sieur Jean PLANCHON, maître chirurgien demeurant à Dieuze
lequel s’oblige envers le sieur de COURCELLES, directeur général des postes d’Alsace, de régir le bureau des lettres de la ville de Dieuze, tout ainsi que comme il l’a régi ci devant de fournir en outre un postillon à cheval trois fois la semaine pour servir la traverse de Dieuze à Marsal à condition qu’il lui sera payé annuellement par le sieur de COURCELLE savoir pour la régie du bureau des lettres la somme de 40 livres et pour le postillon à cheval 60 livres moyennant quoi ledit PLANCHON jouira des privilèges accordés aux maîtres de poste, pour quoi faire lui sera expédié un brevet gratis.
Témoins : Jean BELCHAMPS, maître serrurier, Joseph BERTRAND, maître maçon de Dieuze.
Pièce jointe : Procuration passée à Strasbourg le 11 février 1693 par le sieur de COURCELLE au notaire de Dieuze.

 

23.02.1693 Dette
de Jean CLAUDON, maître d’école à Kerprich
envers Joseph, Jean Claude, François et Marguerite COGNIEL enfants mineurs de défunt Jean COGNIEL, meunier au moulin de Lindre.
En marge : 08.04.1711 Nicolas COGNIEL tuteur des enfents consent à la radiation.

 

04.03.1693 Bail
par Pierre GERRIN, amodiateur de la terre et seigneurie de Marimont
à François BOCAGE et Charles BOCAGE, père et fils, laboureurs à Bidestroff
de la maison forte seigneuriale de Marimont (60 paires de quartes mesure de Saint Avold), la dame de Marimont jouira des appartements qu’elle s’est réservée.
Témoins : Nicolas LELOUP, maître cordonnier de Dieuze, Jean MAURICE, maire à Marimont.

 

09.03.1693 (à Réning) Vente
par Jean CLEMENT, laboureur demeurant à Réning
à Sébastien CLEMENT son frère, laboureur de Réning et Elisabeth CLOVIS sa femme
de sa portion qui est la moitié en tous les immeubles provenant de l’hérédité de défunt Jean CLEMENT leur père et originairement de Hans HERMAN le jeune sis à Insming (72 livres ).
Témoins : Diedrich GAILLOT, Jean CREMER de Réning.

 

09.03.1693 (à Réning) Vente
par Christienne FOUX veuve de Guéhannes HENZER de Réning
à Jean CLEMENT, laboureur demeurant à Réning et catherine BIEMER sa femme
de tous les biens provenant de défunt Claude JOUQUARD de Réning sis à Hilsprich (70 F barrois).
Témoins : Diedrich GAILLOT de Réning, Jean Jacques JOHMAN jeune fils majeur d’ans de Réning.

 

09.03.1693 (à Nelling) Vente
par Dominique ARNOULD, laboureur demeurant à Nelling
à Jean ARNOULD son fils aussi laboureur et Marie MULLER sa femme
d’une maison à Nelling (400 F barrois).
Témoins : Oster DEMP, André ZEDER de Nelling.

 

09.03.1693 (à Insming) Vente
par WilhelmLOTH, laboureur à Insming, et Marie JACOB sa femme
à Guéhans GROS, laboureur à Nelling et Suzanne WISSE sa femme
d’un jour de terre à Nelling provenant de Felt SCHMIDT (49 F barrois).
Témoins : Nicolas SIEBEUR, laboureur à Vittersbourg, Dominique ARNOULD, laboureur à Nelling.

 

09.03.1693 (à Insming) Vente
par Barthélémy GROS, laboureur à Albestroff
à Guéhans GROS, laboureur à Nelling et Suzanne WISSE sa femme
de telle part et portion dans tous les biens immeubles provenant de la succession de feu Anstien GROS vivant d’Erstroff, sis à Nelling, partageable et indivis avec l’acquéreur et leurs cohéritiers (190 F barrois).
Témoins : Wilhelm LOTH, laboureur à Insming, Nicolas SIBEURT, laboureur à Vittersbourg.

 

09.03.1693 (à Insming) Vente
par Elisabeth BIEVE femme de Zacharye SCHUTZ cavalier dans la compagnie de M.Tasson du régiment de Montplaisir
à Michel JACQUE, laboureur d’Insming et Marie NELLINGER sa femme
de terre à Insming (84 F barrois).
Témoins :Wilhelm LOTZ, laboureur, Gaspard BOULLE, maître tailleur d’habits d’Insming.

 

09.03.1693 (à Insming) Vente
par Ulrich CONTZ, laboureur à Réning fort d’Anne OURGEL sa femme et Melchior KAYSSER, manœuvre à Réning
à Nicolas HOUPPERT, laboureur demeurant à Léning et Anne Marie WOLFF sa femme acceptant par Peter HOUPPERT d’Insming leur frère
d’une fauchée de pré (112 F barrois).
Témoins : Jacques MOYE, cordonnier, Gaspard BOULLE, maître tailleur d’habits d’Insming.

 

09.03.1693 (à Insming) Dette
de Melchior KAYSSER, manœuvre demeurant à Réning
enevrs Christophe RODT, manœuvre à Réning
de la somme de 30 écus blancs pour cause de pareille somme qu’il lui a prété au mois de mai de l’année 1692, employée pour faire construire une maison sise située à réning en haut du village allant à Insming.
Témoins : Peter HOUPERT, laboureur à Insming, Ulrich CONTZ, laboureur demeurant à Réning.

 

09.03.1693 (à Insming) Dette
de Zondag BOUR, manœuvre à Vittersbourg
à Epvrard BIRIANS, pâtre demeurant à Nelling et Elisabeth ARNOULD sa femme
de terres à Vittersbourg (84 F).
Témoins : Peter HOUPPERT, maire, Ulrich CONTZ, laboureur à Réning.

 

10.03.1693 ( à Insming) Vente
par Jacob PETER, laboureur à Honskirch
à Hans MULLER, maître tonnelier demeurant à Wibersviller et Anne Barbe NICOLLE sa femme
d’une maison à Honskirch bâtie sur une place appartenant à l’acquéreur (38 écus blancs).
Témoins : Peter HOUPERT, maire à Insming, Ulrich CONTZ, laboureur à Réning.

 

10.03.1693 Insinuation d’un acte passé à Albestroff le 10 mars 1693 Vente
par Nicolas MARGO, manœuvre à Albestroff en son nom et se portant fort de Peter et Catherine MARGO ses frère et sœur
à Mathis TORLOTTIN, manœuvre à Insming et Elisabeth TOUSSAINT sa femme
de terres à Insming (42 F barrois).
Témoins : Pierre MARCHAL, brasseur, Jean TONNELIER, maître cordonnier d’Albestroff.

 

14.03.1693 Retrait lignager
fait par Dominique ROMAIN, manœuvre à Lostroff en qualité de parent proche et capable lignager de Marguerite CUNY veuve d’Hilaire THOUVENOT de Dieuze
des mains de Joseph TOUSSAINT, avocat à Dieuze,
de telles parts et portions qu’aux dits CUNY appartient à cause de feu Didière et Nicolas CUNY leurs aïeuls à Lostroff en la succession immobilière desdits feus que ledit TOUSSAINT a acquété desdites Marguerite et Jean CUNY par deux contrats de vente passés par devant m°Claude Guyon, notaire à Dieuze le (laissé en blanc) (1026 F barrois, tant pour le remboursement des prix , frais de vente, qu’autres impenses et améliorations faites).
Témoins : Léger Ignace GUYON, avocat enparlement, Jean TEMBLAIRE, maître cordonnier à Dieuze.
Le retrayant n’a rien payé et a promis de payer la rente.
En marge : 26.04.1693 Joseph TOUSSAINT reconnaît avoir reçu de Christophe SIMON, laboureur à Loudrefing au nom et à l’acquit de Dominique ROMAIN la somme de 525 F barrois qui était encore due et consent  à la radiation.

 

20.03.1693 Vente
par Georges AUBERTIN, maître cordonnier demeurant à Dompaire proche Mirecourt
à Georges PIERRON, huissier en la prévôté royale de Dieuze et Etienne TEMBLAIRE, maître cordonnier à Dieuze
de tout ce qui lui appartient en la succession de défunt Georges AUBERTIN dit L’Espérance et de Marguerite VIRY sa femme et aussi de feue Bastienne AUBERTIN femme en premières noces de Jean HIRTENIC et Anne HIRTENIQ leur fille (56 F barrois).
Témoins : Jacques NOIRJEAN, maître cordonnier, bourgeois de Dieuze, Louis GUYON, marchand boucher à Dieuze.

 

25.03.1693Marché
entre le sieur Jean PERRIN, tailleur des bois de la saline de Dieuze d’une part,
et les sieurs Jean Jacques BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy demeurant à Dieuze et Nicolas BUSSELOT aussi écuyer son fils d’autre part.
Les parties étant en procès pour l’exécution de la démission faite de la charge de tailleur par le sieur PERRIN au profit du sieur Nicolas BUSSELOT le 5 mai 1692 et la promesse portant le prix  dudit office … à cause de l’exécution de l’arrêt du conseil d’état de Sa Majesté du 18 mars 1692 signifié seulement le 13 mai lequel arrêt aurait obligé les parties de se faire signifier plusieurs actes de sommations réciproques ensuite de quoi les parties auraient transigés de leurs prétentions par devant M° Bardot et Mamiel, notaires royaux  en la ville de Metz le 12 juillet 1692, contre lesquelles transaction et les traités antérieurs les sieurs BUSSELOT auraient obtenus des lettres de récision en chancellerie près la cour de Parlement de Metz le 5 courant, adressant aux juges du Présidial de sarrelouis, par devant lesquels les sieurs BUSSELOT auraien t fait assigner  ledit sieur PERRIN le 11 dudit mois  pour procéder sur lesdites lettres, de sorte que sur leurs prétentions réciproques il y aurait matière à un long procès… ayany jugé de s’en accomoder à l’amiable…. Les sieurs BUSSELOT s’obligent à payer au sieur PERRIN dans 3 mois la somme de 5 750 livres tournois avec la rente au denier vingt de ladite somme à compter du jour de l’installation du sieur Nicolas BUSSELOT en la charge de tailleur et en outre de payer la somme de 3 000 livres entre les mains du trésorier des revenus casuels du Roy avec les 2 sols pour livre de ladite somme entre les mains du sieur GOUJON commis par Sa Majesté à cet effet suivant qu’il est énoncé en l’arrêt du conseil de Sa Majesté du 2 décembre 1692 et en outre seront obligé de rendre audit sieur PERRIN les sommes qu’il a payé pour les prix et paulette de la présente année et ce à compter du jour de l’installation…
Témoins : Louis BARBARAT, directeur de la saline, Christophe CHASTEL dit DUVAL, garde à cheval.
En marge : 28.08.1693

27.03.1693 (à Guermange) Retrait lignager
fait par François JACQUAT, fils majeur comme capable et habile lignager de Michel FORTIER à Gosselming et Marguerite OULRICH sa femme à cause d’elle et de ses enfants mineurs d’avec Etienne LEJEUNE son premier mari
des mains de Nicolas et Jacques COLLIN, frères, laboureurs demeurant à Guermange
de 28 jours de terre arrables à Guermange que les cédants ont acquétés desdits Michel FORTIER et Marguerite OULRICH sa femme par contrat passé pardevant M°Claude Guyon, notaire royal et gardenotes de Dieuze le 27 mars 1692 (450 F barrois).
Témoins : Nicolas KIPPERT, laboureur, Claude CHERRIER, sergent en la justice de Guermange.

 

04.04.1693 Insinuation d’un acte passé le 30.03.1693 Vente
par Henry RITTER, huissier en la prévôté de Dieuze, pour la moitié
et Catherine HANS veuve Nicolas RITTER, maître pécheur des étangs de Lindre sa mère, tutrice de Nicolas, Barbe, Humbert, Marie et Claude RITTER enfants mineurs de son mariage avec ledit RITTER
à Jean PETITJEAN, maître cloutier demeurant à Lindre et Curine HENRIOT sa femme
d’une maison  à Lindre (850 F barrois).
Témoins : Dominique BIGOT de Lindre, André GUYON, jeune fils majeur d’ans de Dieuze.
En marge: 05.11.1700 Didier HENRIOT tuteur des enfants mineurs de Jean PETITJEAN et Curine HENRIOT sa femme consentent à la résolution de la vente et ledit RITTER consent à la résolution de l’obligation.
Les acquéreurs n’ont rien payé et ont promis de payer 50 F à la saint Remy chef d’octobre prochain et les 800 F restant en 8 années.

 

06.04.1693 Vente
par Jospeh HILVIX demeurant à Réchicourt le Château se portant fort d’Anne LESEIGNEUR sa femme pour la moitié et Catherine LECLERC fille majeure d’ans hors de toute tutelles et curatelle demeurant à Dieuze fille de feu Nicolas LECLERC et Anne Marie HAMAN ses père et mère pour l’autre moitié
à Claude GUYON, conseiller du Roy et son procureur en la prévôté royale de Dieuze et Anne Lucie SIMONIN sa femme
du quart et un sixième en un gagnage sis à Zommange (250 F barrois).
Témoins : Nicolas MATHIS, maître boucher bourgeois de Dieuze, Nicolas SIMONIN, clerc de Dieuze.

 

06.04.1693 Bail
laissé par Jean GOMONT demeurant à présent à Bourgaltroff et Christophe DREFFER, maître taillandier bourgeois de Dieuze au nom et comme tuteur des enfants mineurs de feu Etienne RITTER et Louise DREFFER leur père et mère
à Poncelet DUMAY, manœuvre à Lindre
d’une maison à Lindre (2 années ; 70 F barrois).
Témoins : Nicolas JACQUAT, bourgeois de Dieuze, Nicolas BRIET, compagnon maréchal de Dieuze.

 

07.04.1693 (à Klein Rorbach) Retrait lignager
fait par Nicolas de BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy comme plus proche lignager de Jean-Jacques de BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy, de Henry Joseph KIECKLER, seigneur de Guéblange et Marie THIRIET veuve de Nicolas MESGUIN tailleur des bois de la saline de Dieuze
des mains de Jean BOHN, laboureur demeurant à Klein Rorbach
d’un gagnage à Insming par contrat passé par devant maître claude Guyon, notaire et garde notes de Dieuze le 14 août 1692 (2090 F 3 gros).
Témoins : Henry HENRY, régent à Insming, Hans FISCHER, maître maréchal ferrant d’Insming.

 

08.04.1693 (à Insming) Bail
laissé par Jean BOHNE de Klein Rorbach
à Jean Nicolas GABRIEL, laboureur à Klein Rorbach
d’une maison, granges, étables, jardins, meix, appartenant au laisseur au contenu des partages faits avec ses cohéritiers (6 années ; la 3e gerbe ainsi que le tiers des fruits d’arbre).
Témoins Nicolas de BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy demeurant à Dieuze, Peter HOUPERT, maire à Insming.

 

08.04.1693 (à Insming) Dette
de Jean Nicolas GABRIEL, laboureur à Klein Rorbach
envers Jean BOHNE, laboureur à Klein Rorbach (31 écus bancs) pour le prix d’un cheval rouge, un char et une charrue.
Témoins Nicolas de BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy demeurant à Dieuze, Peter HOUPERT, maire à Insming.

 

08.04.1693 (à Insming) Vente
par Nicolas CLEMENT de GILLET, maître en l’art de chirrugie demeurant à Insming et Elisabeth BOUR sa femme
à Didier ISSEMBART, laboureur à Honskirch et Catherine FOGELFANG sa femme
d’une place masure  à Honskirch (100 F barrois de principal et 5 F 3 gros aux vins).
Témoins Nicolas de BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy demeurant à Dieuze, Hans KOENIG, laboureur à Klein Rorbach.

 

09.04.1693 (à Insming) Donation
par Anne BOHNE femme à Simon CORRIGER demeurant à Klein Rorbach
en considération des bons traitements, soulagement et assistance que son mari lui a fait depuis qu’ils sont mariés ensemble et qu’ils n’ont point d’enfant de leurdit mariage
à Simon CORRIGER son mari
de la jouissance de sa part et moitié des immeubles qu’ils ont acquétés ensemble depuis leur mariage
Témoins : Nicolas de BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy demeurant à Dieuze, Nicolas CLEMENT de GILLET, maître en l’art de chirurgie demeurant à Insming.

 

09.04.1693 (à Insming) Donation
par Simon CORRIGEUX demeurant à Kleinrorbach
à Anne BOHNE sa femme
de la jouissance de sa part et moitié des immeubles qu’ils ont acquétés ensemble depuis leur mariage
Témoins : Nicolas de BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy demeurant à Dieuze, Anstien CULVÉ, laboureur à Insming.

 

09.04.1693 (à Insming) Bail
laissé par Nicolas de BUSSELOT, écuyer et seigneur de Pullenoy
à Anstien CULVÉ, laboureur à Insming
d’un gagnage sis à Insming (3 années ; 4 paires de quarte la première année puis 7 paires les deux dernières années).
Témoins : Pierre MENGIN, Thomas BALTZER de Vittersbourg.
En marge : le bail est résilié le même jour.

 

09.04.1693 (à Insming) Vente
par Thomas BALTZER, maître charron à Vittersbourg
à Simon CORINGER, Jean BOHNE et Jean ROCK demeurant à la Petite Rorbach
de tous les droits lui appartenant en tous les biens immeubles de Zondag HOUPERT sis à Petite Rorbach (140 F).
Témoins : Nicolas de BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy demeurant à Dieuze, Henry HOUDY, régent à Insming.

 

09.04.1693 (à Insming) Vente
par Pierre MENGIN d’Insming
à Simon CORINGER demeurant à Petit Rorbach
d’un patural entouré de haies vives (28 F barrois).
Témoins : Henry HOUDY, régent à Insming, Thomas BALTZER, charron à Vittersbourg.

 

16.04.1693 (à Arracourt) Vente
par Etienne POIRSON résidant à Arracourt et Jeanne RITTER sa femme
à Henry RITTER, huissier en la prévôté royale de Dieuze et Marie BOULÉE sa femme
ce qui lui appartient dans la succession immobiliaire de défunts Feltin RITTER et Agnès ROSEMENT sa femme demeurant à Lindre basse (600 F barrois de principal et 2 écus blancs pour un chapeau).
Témoins : Nicolas ADMANT, manœuvre, Jacques SIMONIN, laboureur, demeurant à Arracourt.

 

18.04.1693 Traité de mariage
Jean PIERRE, fils majeur d’ans demeurant à Guénestroff, fils de René et Marie FRANÇOIS, assisté de sa mère, Humbert VARY, prêtre et curé de Kerprich, Jean HUTIN le jeune, manœuvre bon ami.
Claudine PAUMIER veuve Etienne HAMANT, laboureur à Guénestroff, assistée de Jean HUTIN le vieux, laboureur à Guénestroff parent par alliance.
L'épouse a deux enfants : Claude et Joseph HAMANT.
Témoins : Jean CLAUDON, régent à Kerprich.

 

20.04.1693 Vente
par Henry RITTER, huissier en la prévôté royale de Dieuze pour moitié et Christophe DREFFER, maître taillandier de Dieuze au nom et comme tuteur des enfants mineurs de défunts Etienne RITTER demeurant à Basse Lindre et Louise DREFFER leurs père et mère
à Nicolas de VELLEINE, maître pécheur des étangs de Lindre et Anne Elisabeth HUMBERT
d’une maison à Lindre appelée l’hôpital (954 F 8 gros barrois).
Témoins : Pierre BAPTISTE, avocat en Parlement, résidant à Dieuze, André GUYON fils majeur demeurant à Dieuze.
L’acheteur n’a rien payé 50 écus blancs à Pâques et l’autre moitié à Pâques suivant.
04.12.1696 Nicolas de VELLEINE, Henry RITTER et Christophe DREFFER consentent à la résolution moyennant la somme de 10 écus présentement payée.

 

20.04.1693 Requête
de Christophe DREFFER, maître  taillandier à Dieuze, tuteur établi aux enfants mineurs de feu Etienne RITTER et Louise DRESSER sa femme, au nombre de 3, disant qu’ayant été créé en la susdite qualité par acte passé en la justice de Bourgaltroff où ladite Louise DREFFER est décédée la dernière, lesdits mineurs  auraient une part dans une maison à Lindre… demande la permission de la vendre.
Et à l’instant se sont trouvés, Henry RITTER, oncle paternel des mineurs, Humbert FAUCONNIER cousin à cause de défunte Anne BESNICK sa femme, Catherine RITTER veuve Claudin BESNICQ, tante aux mineurs, Antoinette BESNICK veuve Claude HANS, cousine germaine, lesquels consentent à la vente de la maison appelée « l’hôpital » pour la somme de 950 F et la grange 400 F.

 

20.04.1693 Vente
par Henry RITTER, huissier, pour la moitié,
se faisant fort de Catherine HANS veuve Nicolas RITTER à cause de ses enfants mineurs pour 1/4,
Christophe DRESSER, tuteur des enfants mineurs de +Etienne RITTER et Louise DRESSER sa femme, pour ¼
à Pierre MARTIN, vigneron demeurant à Lindre Basse et Marie MATHIAS sa femme
de la moitié d’une grange partageable avec la veuve BESNICQ (400 F 8 gros).
Témoins : Pierre BAPTISTE, avocat en parlement demeurant à Dieuze, André GUYON, fils majeur d’ans de Dieuze.
En marge : 25.04.1693 Ratification de la vente par Catherine HANS veuve de Nicolas RITTER
L’acheteur n’a payé que les vins et promet de payer la rente.

 

24.04.1693 Traité de mariage
entre Hans Feltin TURQ fils majeur d’ans demeurant à Lostroff filsde défunt Hans Feltin TURQ et Marie BARBE ses père et mère vivant à Alten proche Saverne assisté de Georges PIERRON, huissier en la prévôté royale de Dieuze son bon ami
Marguerite BERNARD veuve de François DIETREMAN, laboureur à Lostroff assistée d’Henry RITTER huissier à Dieuze, bon ami.
L’épouse a 7 enfants de son précédent mariage.
Témoins : Pierre Chrétien COTTE, étudiant en droit, André GUYON, fils majeur d’ans de Dieuze.

 

25.04.1693 (à Lostroff) Vente
par Pierre MORLOT, écuyer demeurant à Lostroff et Marguerite BIZE son épouse, Jean-Pierre MORLOT son fils émanciipé par l’âge aussi écuyer et Anne Henriette MORLOT sa sœur aussi majeure d’ans demeurant à Lostroff
à Demange PARMENTIER, laboureur à Cutting et Anne Marguerite MARCHAL sa femme
de prés à Cutting (133 F barrois).
Témoins : Henry BADOROT de Lostroff, Hans Feltin TURQ, jeune fils majeur d’ans de Lostroff.

 

25.04.1693 (à Lostroff) Echanges
entre Henry BADOROT demeurant à Lostroff d’une part,
et Christophe HERIQ de Lostroff d’autre part.
Henry BADOROT emporte pour lui et Hélène VUILLAUME sa femme la moitié d’une maison à Lostroff.
Christophe HERIQ emporte une petite maison à Lostroff et 161 F barrois de mieux value.
Témoins : Pierre et Jean-Pierre MORLOT, père et fil, écuyers demeurant à Lostroff.

 

25.04.1693 Insinuation
par Jean ARNOULD, laboureur demeurant à Insming, d’actes passés sous seing privé le 14 février 1689, le 25 décembre 1688 et le 24 décembre 1688.

 

25.04.1693 (à Lostroff) Echanges
entre Henry BADOROT demeurant à Lostroff d’une part
et Michel FERMAN, manœuvre et Jeanne HERIC sa femme à cause d’elle d’autre part.
Ces derniers cèdent tout ce qui leur appartient dans les biens immeubles qu’ils ont à domnom provenant de la succession de défunt Hériq HERIQ.
Le premier cède une chenevière à Lostroff et pour mieux value donne une somme de 35 F barrois.
Témoins : Pierre et Jean-Pierre MORLOT, père et fil, écuyers demeurant à Lostroff.

 

28.04.1693 Bail
laissé par Claude GUYON, conseiller du Roy et son procureur en la prévôté et chatellenie de Dieuze et Nicolas GUYON, bourgeois de Dieuze
à Jean COLLIN, laboureur demeurant à Guermange et Barbe HELLEVART sa femme
d’un gagnage sis à Assenoncourt (17 paires de resaux).
Témoins : Etienne TEMBLAIRE, maître cordonnier de Dieuze, Nicolas SIMONIN, clerc à Dieuze.

 

29.04.1693 Vente
par Claude OULRY, laboureur à Saint Médard
à François ROUCHENER, maître fontainier de Dieuze
de 6 resaux de blé (12 écus blancs).
Témoins : Louis GUYON, marchand boucher, Nicolas MONTFORT, marguillier de Dieuze.

 

02.05.1693 Partage
entre Joseph François de SAINT-FELIX, chevalier, seigneur de Domnom d’une part
François Claude de SAINT-FELIX, chevalier, son frère, lieutenant pour le service du Roy dans le régiment allemand de Gréves d’autre part.
des biens immeubles à eux échus tant du décès de François Germain de SAINT FELIX, gouverneur de Sarreguemines leur père que de demoiselle de VILLER leur grand tante paternelle.
Le sieur François Joseph de SAINT FELIX, comme aîné, a dressé deux lots. Le sieur Claude de SAINT-FELIX a choisi le partage B et emportera le fief appelé Willerwalt situé dans la dépendance de Sarralbe, le gagnage de Lindre la Basse, un gagnage à Tarquimpol, un utre à Assenoncourt, et généralement tous les biens de Sarralbe.
Au sieur François Joseph de SAINT FELIX le gagnage de Barbonville, celui de Gelucourt, l’étang d’Axin situé sur le ban de Gelucourt, un fief au village d’Eich dans la dépendance de Sarralbe, un fief appelé ernestviller au village dudit lieu, un gagnage à Meyermer proche Neustadt en Palatinat et tous les biens sis à Guinzeling.
Comme il appartient encore une maison à Nancy provenant de demoiselle de VILLER elle restera en commun et comme il y a des dettes passives  sur les biens partagés soit une somme de 4 000 F due à savoir 2 000 F aux dames religieuses annonciattes de Nancy et 2 000 F à Marc ANTHOINE, marchand de Nancy et que par préciput il est du 2 000 F à Joseph François de SAINT FELIX par testament de défunte demoiselle de VILLER, le sieur Claude de SAINT FELIX se charge de payer  les 4 000 F en son nom propre.
Témoins : Charles Henry d’AINVILLE, chevalier, sieur de Guéblange, Pierre BAPTISTE, avocat en parlement demeurant à Dieuze.

 

04.05.1693 (à Léning Altroff) Vente
par Léonard BOUR demeurant à Léning Altroff
à Peter HOUPERT maire d’Insming, Nicolas HOUPERT, Jean-Claude CREMER, Julius JERIG, Georges ZUS et les enfants mineurs de Jean HUMBERT, tous héritiers de défunte Elisabeth TORLOTTIN
de terres à Léning (210 F barrois).
Nicolas de BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy demeurant à Dieuze, Nicolas RAP, laboureur de Léning.

04.05.1693 (à Léning Altroff) Vente
par Léonard BOUR demeurant à Léning Altroff
à Jean PAGNIELLE, laboureur demeurant à Léning Altroff et Anne PAYEN sa femme
de terre à Léning  (345 livres tournois).
Témoins : Nicolas de BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy demeurant à Dieuze, Nicolas RAP, laboureur à Léning.

 

04.05.1693 (à Léning Altroff) Vente
par Léonard BOUR demeurant à Léning Altroff
à Jean Claude CREMER, laboureur à Léning et Anne Marie HOUPERT sa femme
de terres à Léning (363 F 7 gros barrois).
Témoins : Nicolas de BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy demeurant à Dieuze, Nicolas RAP, laboureur à Léning.

 

07.05.1693 Vente
par Sébastien COTTENAT, laboureur demeurant à Kerprich
à Etienne ANDRÉ, maître boulanger de Dieuze
de 4 resaux de blé.
Témoins : Nicolas BRICHET, André GUYON, jeune fils majeur de Dieuze.

 

12.05.1693 Traité de mariage
Nicolas AUBRY veuf Elisabeth GRANDIDIER, maréchal ferrant à Dieuze, assisté de Jean AUBRY, maître menuisier de Dieuze, frère, Claude LARBALETRIER, maître cordonnier à Dieuze, neveu.
Marguerite TEMBLAIRE fille de défunt Dominique, maître cordonnier et Barbe CHASTELLAIN à présent femme à Christophe CURÉ, maître cordonnier à Dieuze, assistée de Etienne TEMBLAIRE, Jean TEMBLAIRE, Claude TEMBLAIRE, ses oncles paternels.
L’époux a un fils Jean.
Témoins : Nicolas JACQUOT, Nicolas MONTFORT.

 

16.05.1693 Vente
par Paul PANIGOT, manœuvre à Gelucourt pour la moitié,
se faisant fort de Jacques et Catherine THOUVENOT, enfants mineurs de feu Michel et Catherine PANIGOT leur père et mère pour l'autre moitié
à  Jean SIMON, manœuvre demeurant à Tarquimpol et Marguerite POTOT sa femme
d’une chenevière à Tarquimpol (56 F barrois).
Témoins : Etienne TEMBLAIRE, maître cordonnier de Dieuze, André GUYON, fils majeur de Dieuze.

 

19.05.1693 Vente
par Didier PIERRE, laboureur demeurant à Kerprich
au sieur Gabriel MONTMERQUÉ, receveur des gabelles demeurant en la ville de Metz pour les munitionnaires des troupes du Roy
 de la quantité de 25 paires de resaux (21 F barrois).
Témoins : Georges DORÉ, hôtelain où pend l’enseigne « le Cheval blanc », Denis LEMASSON demeurant à Harville.

 

23.05.1693 Insinuation d’un acte sous eing privé passé le 19.05.1693 : Traité de mariage
Christophe BARRÉ de Bidestroff, fils de Pierre, assisté de son père, Nicolas POTOT, arpenteur juré à Bourgaltroff, beau-frère.
Marie STAMPFER fille de  feu Christian, laboureur à Blanche-Eglise et Marie BIENTZ, assistée de Hans STAMPFER, maître charpentier à Bidestroff, oncle paternel, Jean GUIBER et Elisabeth FRIDLICH sa femme, ses aïeux maternels, Nicolas BIENTZ, Hans LAUBER, Hans RODE, oncles maternels.
Témoins : Joseph JADELOT, prêtre et curé d’Azoudange.

 

25.05.1693 Dette
de Joseph VIRY, maître maréchal manœuvre à Conthil
envers Joseph, Jean Claude, François et Marguerite COGNIEL enfants mineurs de feu Jean COGNIEL et Gabrielle THIRIET leurs père et mère acceptant par Nicolas COGNIELleur oncle et tuteur (200 F barrois).
Michel NICOLAS, maître tailleur d’habits de Dieuze se porte caution principale.
Témoins : Nicolas MATHIS, marchand boucher Jean Pierre GUYON, jeune fils majeur d’ans de Dieuze.
En marge : 23.11.1715 Nicolas COGNIEL tuteur des enfants mineurs reconnaît avoir reçu de Joseph VIRY la somme de 200 F barrois avec les rentes  et décharge Michel NICOLAS du cautionnement

 

29.05.1693 (à Vergaville) Partages
entre Théodore DOMMERS, maître tailleur d’habits demeurant à Vergaville, Jean FRIDERIQ, maître charron à Vergaville à cause de Suzanne DOMMERS sa femme pour une partie, héritiers de défunte Eve HARTMAN leur mère
de biens à Vergaville.
Témoins : Jean BOUR de Vergaville, Nicolas POTOT, arpenteur demeurant à Bourgaltroff.

 

01.06.1693 (à Insming) Vente
par Jean Jacques DELOUZE, laboureur demeurant à Honskirch
à Mathis DELOUZE son frère aussi laboureur de Vittersbourg et Gertrude NELLINGER sa femme
du quart en une maison à Vittersbourg provenant de défunte Catherine PIFFER mère commune aux parties (72 livres) .
Témoins : Nicolas POTOT, arpenteur juré à Bourgaltroff, Pierres ISSEMBART, laboureur à Gréning.

 

01.06.1693 (à Insming) Vente
par Jean Jacques DELOUZE, laboureur demeurant à Honskirch
à Michel DELOUZE son frère fils majeur d’ans demeurant à Vittersbourg
de terre provenant de Catherine PIFFER leur mère (39 livres).
Témoins : Nicolas RIEB, maître chirurgien à Insming, Joseph GAILLOT, fils majeur demeurant à Dieuze.

 

01.06.1693 (à Insming) Echanges
entre Jean Jacques DELOUZE, laboureur demeurant à Honskirch d’une part
Jean Michel DELOUZE son frère d’autre part
Témoins : Nicolas RIEB, maître chirurgien à Insming, Joseph GAILLOT, fils majeur demeurant à Dieuze.

 

01.06.1693 (à Insming) Vente
par André EDER, laboureur à Nelling et Barthel STEYER sa femme
à Henry THIBELT fils majeur demeurant à Hilprich
de tout ce qui appartient à la venderesse es successions immobiliaires de feus Remes Fitte, Remes Nicquel, Antoine LORZ, Schneider LORZ et Goutte Agnel à Hilsprich (12 livres 13 sols).
Témoins : Georges PIERRON, huissier et prévôt royal de Dieuze, Peter SIBERT demeurant à Hilsprich.

 

02.06.1693 (à Inming) Vente
par Hans Adam HOUPERT, laboureur à Nelling
à Nicolas HOUPERT, laboureur demeurant à Léning Altroff et Anne Marie WOLFF sa femme
d’un patural sis à Léning (51 livres tournois).
Témoins : Nicolas POTOT, arpenteur juré demeurant à Bourgaltroff, Georges PIERRON, huissier en la prévôté de Dieuze.

 

08.06.1693 Transport
par Hélène ADAM veuve de feu Jean DARTHOIS demeurant à Mulcey
à Claude HENRY, laboureur demeurant à Guermange
de la somme de 75 livres barrois restant de la somme de 175 livres qui lui sont dues par Jean Gabriel LADROYE et Marie GRANDIDIER et par Anne BAUZEMONT mère à ladite Marie GRANDIDIER veuve du sieur Philippe GRANDIDIER  par obligation passée par devant C.Simon, tabellion le 23 février 1661.
Témoins : Henry RITTER, huissier en la prévôté royale  dudit Dieuze, Nicolas JACQUOT de Dieuze.

 

09.06.1693
François Joseph de SAINT FELIX, chevalier, seigneur de Domnom au nom et comme fondé de procuration spéciale de Claude François de SAINT FELIX, chevalier, seigneur de Villervalt et autres lieux son frère, absent, passée par devant G.Schmitt, greffier et notaire à Sarreguemines le 6 mai 1690
au Révérend Père  Clément LENOIR, religieux prémontré, prieur et curé de Tarquimpol
d’un gagnage à Tarquimpol provenant de la demoiselle de VILLER de BICHBOIS grande tante du vendeur (214 livres 6 sols).
Témoins : Charles François KIECKLER, prêtre et curé de Dieuze, Charles Henry d’AINVILLE, chevalier, sieur de Guéblange.

 

 

10.06.1693 Vente
par Henry BADOROT demeurant à Lostroff se faisant fort  d’Hélène VUILLAUME
à Nicolas GUYON, bourgeois de Dieuze, et Catherine SIMON sa femme
d’un jardin à Dieuze (20 livres).
Témoins : Charles HENRY dit LAMIRÉ, Joseph BERTRAND, de Dieuze.

 

10.06.1693 Traité de mariage
François HENRY, habitant de Lindre-Basse, veuf Anne COLIN, assisté de Jean COLLIN, beau-frère, de Lindre.
Claudine TOUSSAINT, fille de défunt Marien et Catherine PIERRE, assistée de Humbert FAUCONNIER maire des Lindre, cousin.
L’époux a un enfant de son premier mariage.
Témoins : Pierre LARBALETTRIER, maître menuisier, François LECLERC, maître tisserand de Dieuze.

 

11.06.1693 Vente
par Gérard DEMENGE, manœuvre, Claude BASTIEN, laboureur demeurant à Gelucourt,
à Nicolas GUYON, bourgeois de Dieuze et Catherine SIMON
de deux fauchées à Tarquimpol (30 livres).
Témoins : Pierre COTTE, étudiant en droit, Joseph RAINVILLE dit DES ESCUS, fils majeur de Dieuze.

 

11.06.1693 Vente
par François PLUMET, laboureur à Guénestroff
à Jean PECOURT, charpentier à Guénestroff et Marguerite MOYE sa femme
de terres à Guénestroff provenant de Demenge BANNON (25 F 8 gros barrois).
Témoins : Pierre COTTE, étudiant en droit, Joseph RAINVILLE dit DES ESCUS, fils majeur demeurant à Dieuze.

 

14.06.1693 Bail
laissé par Charles SIMON, tailleur d’habits bourgeois de Dieuze
à Claude PILLOT vigneron à Dieuze
d’un jardin à Dieuze (9 années ; relever le fond du jardin à lahauteur de celui dudit DORON, planter et faire une haie vive de bonnes épines tout allentour, relever la chaussée du côté des fossés de la saline et y faire un fossé suffisant pour empêcher les eaux desdits fossés d’entrer dans le jardin , 3 livres tournois).
Témoins : Etienne TEMBLAIRE, maître cordonnier de Dieuze, André GUYON, fils majeur d’ans demeurant à Dieuze.

 

14.06.1693 Vente
par Joseph PIERRARD, laboureur à Bidestroff se faisant fort de Marie Anne BARRÉ sa femme
à Joseph et Nicolas DIDIER, laboureurs demeurant à Domnom acceptant pour eux  et Catherine JEANPIERRE femme audit Nicolas DIDIER
d’une fauchée de pré à Domnom (30 livres).
Témoins : Etienne TEMBLAIRE, maître cordonnier de Dieuze, André GUYON, fils majeur d’ans demeurant à Dieuze.
En marge : 16.09.1694 Ratification par Marie Anne BARRÉ.

 

15.06.1693 Dette
par Nicolas CUNY, laboureur à Lindre-Basse
envers Louise AUBIN fille de  défunt Michel et défunte Barbe BLUSSON, représentée par Jean AUBIN, laboureur à Lindre, son oncle (108 F barrois)
pour le prix de 4 resaux et demi de blé.
Témoins : Henry Joseph KIECKLER, écuyer, seigneur d eGuéblange, Nicolas de BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy.
En marge : 21.08.1694 Jean AUBIN reconnaît avoir reçu la somme de 108 F barrois et consent à la radiation.

 

15.06.1693 Transport
par  Nicolas de BUSSELOT, écuyer, seigneur de Pullenoy, demeurant à Dieuze, émancipé par l’âge
à Hans BOHNE, laboureur à Klein Rorbach et Catherine LOUISE sa femme
d’un gagnage sis à  Insming que le vendeur a retiré de l’acquéreur qui l’avait acquété originairement des sieurs Jacques BUSSELOT, Henry Joseph KIECKLER et consorts (290 livres).
Témoins : Jean PERLINGUET, marchand, boucher, Claude TEMBLAIRE, maitre cordonnier de Dieuze.

 

25.06.1693 Dette
de Didier PIERRE, maire de Kerprich
envers Pierre PERLINGUET fils majeur demeurant à Mulcey (90 livres 4 sols) pour cause de pareille somme prêtée.
Témoins : Louis et André GUYON, jeunes fils majeurs d’ans demeurant à Dieuze.
En marge : 19.01.1696 Pierre PERLINGUET reconnaît avoir reçu de Georges DORÉ pour et au nom de Didier PIERRE la somme de 90 kivres 4 sols) et consent à la radiation.

 

25.06.1693 Bail
laissé par Pierre PERLINGUET fils majeur d’ans demeurant à Mulcey
à Didier PIERRE maire de Kerprich
de 2 vaches laitières, l’une rouge et l’autre noire et blanche avec une genisse rouge et un petit taureau (3 années ; 6 livres).
Témoins : Louis et André GUYON, jeunes fils majeurs d’ans demeurant à Dieuze.

25.06.1693 Vente
par Didier VAUTRIN, hôtelain où pend pour enseigne la Croix Blanche de Dieuze se faisant et portant fort d’Epve, Marie et Barbe VAUTRIN ses sœurs pour un quart,
Dominique JADELOT, marchand bourgeois de Dieuze se faisant fort et portant de Jean Christophe PUISEUR , marchand de Vic et de Anne Marie PUISEUR veuve du feu sieur JOURDAULT demeurant à Moyenvic , pour la moitié, Claudine CORDIER veuve de Claude ANTHOINE huilier de Dieuze tant en son nom que se faisant fort de Jean BOILEAU de Bourdonnay et autres pour un quart, et Catherine MOUGEOT veuve du sieur OLRY dit LAVAUX demeurant à Dieuze pour telle part et portion qui lui appartient en 2 jours de terre ci-après déclarés,
à Nicolas MONTPAS, laboureur demeurant à Dordal et Antoinette LUX sa femme
de biens à Guébestroff (131 livres 12 sols).
Témoins : Antoine NOEL, ancien échevin en la prévôté de Dieuze, Claude BLANPAIN, marchand de Dieuze.
En marge : 17.08.1693 Jean BOILEAU de Bourdonnay rafifie le contrat.

 

27.06.1693 Dette
de Nicolas HENRIOT, laboureur à la Haute Lindre
à Henry RITTER, huissier en la prévôté royale de Dieuze (78 livres)
employé pour l’achat de 2 chevaux dont il s’est rendu adjudicataire et qui étaient saisis sur Regnier DOUAIRE de Bisping à la requête des religieux de la Congrégation de Bouquenom.
Témoins : Etienne et Claude TEMBLAIRE, maîtres cordonniers de Dieuze.
En marge : 07.02.1694 : Henry RITTER reconnaît avoir reçu 78 livres et consent à la radiation.

 

27.06.1693 Accord
entre Demange PARMENTIER, laboureur demeurant à Cutting d’une part
et le sieur de SAINT-FELIX, chevalier, seigneur de Domnom à cause de dame Jeanne de SAUBOUREL son épouse, les héritiers des défunts PUISEUR et MOUGEOT sa femme, ensemble Pierrre VIART de Domnom d’autre part
comme il y a procès entre eux au bailliage et siège présidial de Sarrelouis où sentence serait intervenue qui condamne ledit SAINT-FELIX et consors d’abandonner audit PARMENTIER les prés contenus en sa demande, de laquelle sentence le sieur de SAINT-FELIX aurait interjeté appel à la Cour et du depuis iclui relevé s’en serait déporté par acte signifié audit PARMENTIER… pour terminer de leurs différents ont traité et transigé ce qui s’en suit : ledit sieur de SAINT-FELIX pour demeurer quitte envers ledit PARMENTIER tant des dépens de la sentence que de ceux faits à Metz cède deux fauchées de pré provenant de la dame de SAUBOUREL son épouse sis à Cutting et d’autres biens à Domnom ainsi qu’une somme de 15 écus blancs.
Témoins :Charles Henry DAINVILLE, sieur de Guéblange, Pierre BAPTISTE, avocat en parlement demeurant à Dieuze.
En marge : 29 décembre 1693 la dame Jeanne de SAUBOUREL ratifie l’acte.

 

27.06.1693 Vente
par Demange PARMENTIER, laboureur à Cutting
à Joseph François de SAINT-FELIX, chevalier, seigneur de Domnom et Jeanne de SAUBOUREL son épouse
les biens de l’acte précédent  (30 livres).
Témoins :Charles Henry DAINVILLE, sieur de Guéblange, Pierre BAPTISTE, avocat en parlement demeurant à Dieuze.

 

29.06.169 Dettes
de Sébastien COTTENET, laboureur demeurant à Kerprich
à Etienne ANDRÉ, maître boulanger de Dieuze (84 F barrois).
Témoins : Jean PERLINGUET, marchand boucher de Dieuze, André GUYON, jeune fils majeur d’ans de Dieuze.

06.07.1693 (à Guermnage) Retrait lignager
fait par François JACQUAT, fils majeur à Guermange, en qualité de frère de Jean JACQUAT, laboureur à Fribourg
des mains de Sébastien ANDRÉ, laboureur à Guermange,
des immeubles provenant de la succession de +Catherine POUZER, héritière de Annon veuve Nicolas POUZER et femme de Toussaint Pétri JACQUAT en deuxièmes noces, veuve à Guermange
que Sébastien ANDRÉ a acquété de Jean JACQUAT par contrat passé par devant Claude GUYON, notaire à Dieuze le 7 juillet 1692 (167 F barrois faisant 72 livres).
Jean François ABEL, maître tailleur d’habits de Fribourg renonce au bénéfice de la retraite à lui céde desdits biens par ledit Sébastien ANDRÉ.
Témoins : Joseph TOUSSAINT, avocat en parlement résidant à Dieuze, Jacques BELLAY, laboureur à Desseling.

 

14.07.1693 Traité de charpenterie
entre Claude LARBALLETRIER, vintre en la saline de Dieuze d’une part
et André DRIET, maître charpentier de Dieuze d’autre part.
Ce dernier s’oblige de faire toute la charpente d’une maison qu’il veut faire construire au poteau laquelles sera composée d’un poele et une chambre devant basse, d’une cuisine au derrière, une chambre de l’autre côté, une allée par le milieu qui ira d’un bout à l’autre séparant lesdits poele et chambre, une chmbre haute devant avec un cabinet à côté avec deux autres chambres hautes derrière et un grenier au dessus, laquelle sera faite en pavillon d’une flèche, la face de la largeur de 28 pieds et 24 pieds en longueur et 22 pieds en hauteur dont il y aura 8 pieds et demi de puraille par le fond et le reste fait en dalles croisées mode d’Allemagne tout autour de la maison, faire tous les fenétrages desdits poele et chambres et cuisine avec toutes les portes et ventillons, un avant toit audessus des vitres susit poele, faire aussi tous les planchers et généralement et tous les travaux de charpenterie qu’il conviendra d’y faire à la réserve de l’esmontées, cadres et chassis. Il s’oblige aussi de fournir tous les bois sur place sciés et defaire encore une petite toiture en bois sur le four avec une lucarne sur la toiture de ladite maison qui prendra jour du coté de la ville … commencera à travailler incessamment et à rendre le tout pour le 15 mars prochain… moyennant 500 livres tournois et la nourriture audit DRIES et ses compagnons pendant le temps qu’il sera employé à l’assemblage des bois avec une paire de souliers et une paire de mules ainsi que toutes les pennes et chevrons pour la toiture.
Témoins : Nicolas POTOT, arpenteur demeurant à Bourgaltroff, André GUYON, fils majeur à Dieuze.

 

22.07.1693 Dette
de Humbert NOMBROT, laboureur demeurant à Gelucourt
envers Nicolas HUART jeune fils majeur d’ans demeurant à Gelucourt (60 livres tournois).
Témoins : Didier PIERRE, maire de Kerprich, André GUYON, jeune fils majeur d’ans.

 

23.07.1693 Vente
par Joseph HILVIX demeurant à Réchicourt le Château se portant fort d’Anne LESEIGNEUR sa femme à cause d’elle pour la moitié de la vente et Catherine LECLERC fille majeure d’ans demeurant à Dieuze pour l’autre moitié
à Claude FINOT, châtelain de la terre et seigneurie de Sailly et Marguerite SIMON sa femme
de tous les biens immeubles qui appartiennent aux vendeurs à Lindre Basse… le tout au contenu des partages faits desdits biens avec les auteurs dudit sieur acquéteur et autres titres, papiers et enseignements que lesdits vendeurs ont en main (257 livres  3 sols en principal et 23 livres pour un couvre chef).
Témoins : Léger GUYON, avocat en parlement demeurant à Dieuze, Nicolas BOUR, jeune fils majeur d’ans demeurant à Kerprich.

 

03.08.1693 Dette
de François PLUMET, laboureur à Guénestroff
envers Etienne ANDRÉ, maître boulanger à Dieuze (46 livres 2 sols tournois) pour cause de pain et marchandises à lui délivrés.
Témoins : Simon GERARD, laboureur à Sotzeling, André GUYON, jeune fils majeur d’ans à Dieuze.

 

04.08.1693 Retrait lignager
fait par Simon GERARD, laboureur demeurant à Sotzeling et François GUINGUÉ, manœuvre à Donnelay en qualité de parents et lignager de Claude AUBERTIN, cordonnier à Dompaire
des mains de Georges PIERRON, huissier en la prévôté royale de Dieuze et Etienne TEMBLAIRE, maître cordonnier de Dieuze
de tous les droits en les successions de défunt Georges AUBERTIN dit l’Espérance et Marguerite VIRY sa femme et aussi de feue Sébastienne AUBERTIN femme en premières noces de Jean HIRTENIQ, tant en maisons, masures, meix et chenevières, vignes, terres et prés où ils soient situés
que lesdits PIERRON et TEMBLAIRE ont acquétés dudit Georges AUBERTIN par contrat passé par devant le notaire des présentes le 20 mars dernier (31 livres 12 sols).
Témoins : Nicolas POTOT, arpenteur demeurant à Bourgaltroff, Nicolas DIEULIN, laboureur à Gelucourt.

 

04.08.1693 Vente
par François GUINGUÉ, manœuvre à Donnelay
à Michel NICOLAS, maître tailleur d’habits à Dieuze
de sa part et portion qui est la moitié en la succession de défunts Georges AUBERTIN dit l’Espérance et Marguerite VIRY sa femme et aussi de feue Sébastienne AUBERTIN femme en première noces de Jean HIRTENIQ (16 livres 6 sols).
Témoins : Nicolas BUSSELOT, écuyer, sieur de Pullenoy, Simon GERARD, laboureur demeurant à Sotzeling.

 

05.08.1693 Vente
par Jean VELTIN, marchand boucher de Dieuze et Françoise KRESE sa femme
à Claude LARBALETTRIER, vintre aux salines de Dieuze et Françoise DESSEY
d’un jardin à arbres au bout du grand pont allant à Blanche Eglise (30 livres de principal et 1 livres 11 sols aux vins).
Témoins : Charles Sébastien HENRY dit LAMIRÉ, régent à Dieuze, André GUYON fils majeur d’ans de Dieuze.

 

14.08.1693 Vente
par François DESBOEUFS, maître tuilier de la tuilerie de Gelucourt
à Jean SIMON, manœuvre à Tarquimpol et Marguerite POTOT sa femme
d’une pièce de pré à Tarquimpol (36 livres ).
Témoins : Joseph BLANPAIN, clerc, résidant à Metz, André GUYON, jeune fils majeur d’ans à Dieuze.

 

22.08.1693 Dette
de Nicolas CROUSSE, laboureur à Nébing
envers Etienne ANDRÉ, maître boulanger de Dieuze (42 livres tournois).
Témoins : Nicolas BUSSELOT, écuyer, tailleur aux salines de Dieuze, André GUYON, fils majeur d’ans de Dieuze.

 

24.08.1693 Acensement
par les révérendes Mère supérieure et religieuses du monastère de l’ordre de Saint François d’Assize de Dieuze par la Révérende Mère Claude MISTON, supérieure, sœur Jeanne GRIVELLE, vicaire, mère Barbe PRAILLY, sœur Françoise CUNY, procureuse, Marie Anne HUSSON, portière composant la plus grande partie dudit monastère, assistées de Jean François GAILLARD leur confesseur et directeur spirituel
à Claude PELLAT, vigneron de Dieuze et Barbe MANGIN sa femme
d’une pièce de vigne à Lindre Basse (5 livres 3 sols tournois).
Témoins : Joseph BLANPAIN, clerc résidant à Metz, François FIACRE, maître tailleur d’habits de Dieuze.

 

26.08.1693 Vente (sous seing privé)
par Léonard MULLER demeurant à Hatzbel de l’office de Lauterbourg
à Jean MULLER, échevin en la justice de Léning son frère et Thomas SCHONHER son beau-frère acceptant pour eux et Marie et Marguerite leurs femmes
les terres et prés sis à Léning comme le tout est spécifié entre les 7 enfants de feu Henry MULLER et Marguerite KNOBLOCH leurs père et mère, à l’exception de sa part du jardin derrière la maison et un tiers d’un journal de terre  (95 écus blancs).
Témoins : Jean adam FRITZ procureur d’office du comté de Morhange, Nicolas HUPERT, maire pour Monsieur le prince de Lixheim demeurant à Léning.
Acte insinué par Jean MULLER le 7 janvier 1697.

 

27.08.1693 Vente
par Jean Charles SUISSE dit LALLEMAND, marchand de Saint Nicolas tant en son nom que fort de Nicolas et Françoise SUISSE ses frère et sœur pour un quart, Didier ANDRÉ, marchand de Dieuze et Odile BARBIER sa femme pour la moitié, Joseph LENOIR, maître patissier de Dieuze au nom et comme fondé de procuration de Françoise LESCOSSOIS fille majeure demeurant à Metz, passée devant maître BARDOT et THIRION, notaires royaux à Metz le 12 courant
à Jean VALTER, laboureur à Guébling et Anne Marie GROS sa femme
d’un gagnage  à Guébling le tout au contenu d’un pied terrier signé des maire et gens de justice de Bourglatroff du 31 mars 1660 (514 livres 5 sols).
Témoins : Pierre PETITJEAN, laboureur à Dieuze, André GUYON, jeune fils majeur.
L’acquéreur n’a payé que 128 livre 11 sols  faisant la part de demoiselle LESCOSSOIS et a promis de payer le surplus savoir à Didier ANDRÉ la somme de 257 livres 2 sols à Pâques prochain et à Jean Charles LALLEMAND le surplus faisant 128 livres 11 sols 3 deniers le 10 mai 1694.
En marge : 14.04.1694 Odile BARBIER veuve de défunt Didier ANDRÉ reconnaît avoir reçu de Jean VALTER la somme de 257 livres 3 sols 6 deniers et consent à la radiation.
19.11.1694 Jean Charles SUISSE dit LALLEMAND reconnaît avoir reçu de Jean VALTER la somme de 128 livres 11 sols 3 deniers  et consent à la radiation.
Pièce jointe : Procuration passée par Françoise LESCOSSOIS, fille majeure, au sieur Joseph LENOIR, maître patissier à Dieuze lui donnant pouvoir de procéder au partage des biens immeubles comme héritière de feu le sieur Jean LESCOSSOIS et Marie MANGIN ses père et mère, situés à Dieuze, Bédestroff, Guébling, indivis avec Anne LESCOSSOIS sa sœur  et François LESCOSSOIS leur frère absent.

 

27.08.1693 Vente
par Jean Charles SUISSE dit LALLEMAND, marchand de Saint Nicolas tant en son nom que fort de Nicolas et Françoise SUISSE ses frère et sœur pour la moitié, , Joseph LENOIR, maître patissier de Dieuze au nom et comme fondé de procuration de Françoise LESCOSSOIS fille majeure demeurant à Metz, passée devant maître BARDOT et THIRION, notaires royaux à Metz le 12 courant pour l’autre moitié
à Christophe CHERRIER, maître chapeliier de Dieuze et Adrianne HOCQUARD sa femme
d’une maison à Dieuze en la rue allant au moulin (535 livres 13 sols de principal et 29 livres 16 sols aux vins).
Témoins : Joseph BLANPAIN, clerc résidant à Metz, Jean VALTER, laboureur à Guébling.
L’acquéreur n’a payé que 133 livres 18 sols à la demoiselle LESCOSSOIS pour sa part et a promis de payer le surplus savoir 133 livres 18 sols à la saint Jean Baptiste prochain à ladite demoiselle LESCOSSOIS, 133livres 18 sols au sieur LALLEMAND à la saint Jean Baptiste de l’année 1695 et pareille somme à la saint Jeann Baptiste 1696.
En marge : 13.11.1712 Jean Charles LALLEMAND et Joseph LENOIR reconnaissent avoir reçu de Christophe CHERRIER les sommes qu’il devait et consentent à la radiation.

 

30.08.1693 (à Domnom) Bail
laissé par François Joseph de SAINT FELIX, chevalier seigneur de Domnom
au sieur Alexandre GEOFFROY, docteur en médecine demeurant à Lostroff
d’un gagnage situéà Domnom consistant en une maison que ledit seigneur fait à présent construire avec une autre servant à présent à son marcaire située en la basse cour dudit seigneur (3 années ; 60 paires de resaux).
Témoins : Nicolas JACQUES, prêtre et curé de Domnom, Joseph BLANPAIN, clerc résidant à Metz.

 

30.08.1693 (à Domnom) Echanges
entre François Joseph de SAINT FELIX, chevalier seigneur de Domnom et Jeanne de SAUBOUREL sa femme d’une part
et Jean THOMASSIN, laboureur à Domnom.
Témoins : Alexandre GEOFFROY, docteur en médecine à Lostroff, Jospeh BLANPAIN, clerc résidant à Metz.

 

30.08.1693 (à Domnom) Bail
laissé par François Joseph de SAINT FELIX, chevalier seigneur de Domnom
au sieur Alexandre GEOFFROY, docteur en médecine demeurant à Lostroff
de 5 vaches laitiaires dont 3 seront délivrées dans 8jours (3 années ; une genisse et 12 livres 15 sols tournois).
Témoins : Nicolas JACQUES, prêtre et curé de Domnom, Joseph BLANPAIN, clerc résidant à Metz.

30.08.1693 (à Domnom) Accord
entre François Joseph de SAINT FELIX, chevalier, seigneur de Domnom et Jeanne de SAUBOUREL son épouse d’une part
et les habitants et communauté de Domnom par Georges TAILLEUR, maire, Dominique JACOB, maître échevin, Pierre VIART haut maire, Jean THOMASSIN, Nicolas ANTHOINE, Nicolas DIDIER, Henry RAMBOURG, Pierre PLANCHETTE, Henry PIERRE, Henry CAPS, Claude JACOB, Laurent BANGARD, échevin, Hans SCHOBLOCH, composant la plus grande partie de la communauté d’autre part
étant en procès pour certaines corvées et redevances dues par la communauté envers leurdit seigneur et dame chaque année suivant les titres anciens qui concernent l’érection de la terre et seigneurie et une transaction faite par devant M°Klein, tabellion à Dieuze le 21 novembre 1689 entre la dame de SAUBOUREL et lesdits habitants, par laquelle ils s’obligèrent de faire  chaque année savoir les laboureurs quatre journées de charrue, l’une aux marsages, une aux sommars, une aux …. Et la quatrième pour ensemencer les blés à condition qu’ils leur sera serait payé  par jour de chaque charrue trois michottes de la pesanteur de deux livres l’une et une pinte de vin et que les laboureurs seraient de plus attenus de payer et délivrer chaque année en la maison seigneuriale chacun une quarte de blé  et une quarte d’avoine au jour de saint Martin d’hiver de chacune année et qu’à l »égard des manœuvres ils seraient obligés aussi de faire chacun quatre journées à bras de corvée savoir une à la fenaison, une à la moisson, une pour façonner du bois et la quatrième pour battre à la grange à condition qu’il serait qu’il leur serait donné à chacun jour trois livres de pin et une pinte de vin,
contre lesquels titres et transaction lesdits habitants et communauté auraient obtenus en chancellerie près la cour de Parlement de Metz des lettres de révisions le 14 février dernier adressantes aux juges du Présidial de Sarrelouis par evant lesquels ils auraient  assigner lesdits seigneurs et dame par exploit du 21 février pour voir être dit qu’ils seraient déchargés de ses corvées de charrue et de bras et qu’au lieu et place d’icelles ils ne seraient attenus de faire lesdits corvées que suivant le contenu des titres d’échanges faits entre les défunt Duc de Lorraine et Eric de SAUBOUREL, auteur desdits seigneur et dame en date du 5 août 1628, par lesquels il est dit qu’ils seront obligés de faire toutes les voitures de bois de chauffage du sieur Eric de SAUBOUREL au château de Dieuze où il résidait pour lors et au surplus seront obligés à la bannalité de la mairie de Cutting dont ils dépendaient pour lors…
pour terminer et assoupir lesdits procès ils se seraient obligés les laboureurs à payer six livres tournois avec un demi resal de blé et autant d’avoine et chaque manœuvre 4 livres 10 sols tournois payables pour moitié à la Purification ND et l’autre moitié à la Saint remy chef d’octobre et la transaction de 1689 demeurera cassée.
Témoins : Nicolas JACQUES, prêtre curé de Domnom, Joseph BLANPAIN, clerc demeurant à Metz.

 

30.08.1693 (à Domnom) Vente
par Nicolas JACQUES, prêtre et curé de Domnom
à Pierre VIART, laboureur à Domnom, et Marguerite DOUILLOT sa femme
d’un jardin à Domnom venu au vendeur par acquêt du sieur Pierre MORLOT de Lostroff (8 écus valant 24 livres tournois).
Témoins : François Joseph de SAINT FELIX, chevalier, seigneur de Domnom, Joseph BLANPAIN, clerc demeurant à Metz.

 

30.08.1693 (à Domnom)  Echanges
entre la communauté de Domnom représentée par Georges TAILLEUR, maire, Dominique JACOB, maître échevin, Laurent BAGARD, échevin, Pierre VIART haut maire, Jean THOMASSIN, Nicolas ANTHOINE, Henry RAMBOURG et Nicolas DIDIER d’une part
et Pierre PLANCHETTE, manœuvre à Domnom d’aute part
Les habitants cédent 4 pieds de largeur de terrain à prendre en une place communale au long de l’apparoit de sa maison du côté de la maison curiale avec une place au derrière avec une place au derrière de la largeur de sa maison à la réserve de 2 toises de largeur que la communauté se réserve du côté de Dominque JACOB,
en contréchange la communauté aura le pouvoir de se servir de la muraille de la maison dudit Pierre PLANCHETTE pour la construction des maisons des maître d’école et hardier dudit Domnom à condition aussi que ledit PLANCHETTE fera construire le four qu’il a bâti dans ladite muraille dans un autre endroit sur son fond pour quoi lui sera payé 4 livres 10 sols.
Témoins : François Joseph de SAINT-FELIX, chevalier, seigneur de Domnom, Joseph BLANPAIN, clerc à Metz.

 

05.09.1693 Echanges
entre François Joseph de SAINT FELIX, chevalier, seigneur de Domnom et se faisant fort de Jeanne de SAUBOUREL son épouse d’une part,
et Catherine MOUGEOT veuve de défunt le sieur LA VAUX demeurant à Dieuze d’autre part
Le sieur de SAINT FELIX emporte un jardin à Domnom.
Catherine MOUGEOT emporte des terres à Domnom.
Témoins : Charles Henry d’AINVILLE, chevalier, sieur de Guéblange, André GUYON, fils majeur d’ans de Dieuze.

 

10.09.1693 (à Guénestroff) Retrait lignager
par Dominique FOULON de Guénestroff habile lignager de François PLUMET laboureur à Kerprich
des mains de Jean PÉCOURT, manœuvre à Guénestroff
d’un demi jour de terre à Guénestroff provenant de Demange BANNON que ledit PÉCOURT a acquété dudit PLUMET par contrata passé devant le notaire des présentes le 12 juin dernier (13 livres 4 sols).
Témoins : Claude VAUTRIN, Pierre MARTIN de Guénestroff.

 

12.09.1693 Dette
de Jean CLAUDON, manœuvre demeurant à la Basse Lindre
envers Joseph, Jean Claude, François et Marguerite les COGNIEL, enfants mineurs de défunt Jean COGNIEL et Gabrielle THIRIET leurs père et mèr acceptant par Nicolas COGNIEL, meunier au moulin de Guénestroff leur oncle et tuteur (10 livres 10 sols tournois).
Témoins : Jacques JOUBERT, Jean Pierre GUYON, jeunes fils majeurs d’ans demeurant à Dieuze.
En marge : 16 octobre 1694 Nicolas COGNIEL reconnaît avoir reçu la somme de 10 livres 10 sols du detteur par le moyen de la pension de François COGNIEL l’un des mineurs et consent à la radiation.

 

15.09.1693 Bail
laissé
par Jean Christophe VEIDMAN, maître de poste  de la ville de Molsheim en Alsace étant de présence en cette ville au nom et comme fondé de procuration des sieurs CONTZ notaire royal de la ville de Strasbourg et Jean Georges WIMPF, bailly à Minfelt en Palatin pour faire passer ce qu ci-après
Paul PARENTIN, laboureur à Cutting
une métairie à Cutting (6 années : 14 paires de resaux).
Témoins : Nicolas AUBRY, maître maréchal ferrant et André GUYON, fils majeur d’ans de Dieuze.

 

16.09.1693 Donation
faite par Catherine RITTER veuve de défunt Claudin BESNIQ, maître pécheur des étangs de Lindre
à Antoinette BESNIQ veuve de feu Claude HANS vivant maréchal ferrant de Dieuze sa fille
pour les bons traitements, soulagements et assistances qu’elle a reçu et reçoit continullement d’elle
du revenu d’une métairie à Lindre basse, tenue à bail par Jean COLLIN.
Témoins : François LECLERC, maître tisserand, Jean Pierre GUYON, jeune fils de Dieuze.

 

19.09.1693 Vente
par Pierre PERLINGUÉ fils majeur d’ans demeurant à Mulcey
à Jean PERLINGUÉ son frère, marchand boucher et Barbe FONTENOY sa femme
de la moitié d’une grange proche du couvent des religieuses de St François d’Assize de Dieuze (171 livres 8 sols).
Témoins : Georges PIERRON, huissier en la prévoté royale de Dieuze, Claude TEMBLAIRE, maître cordonnier de Dieuze.
En marge : 9 juillet 1709 Pierre et Jean PERLINGUET déclarent consentir à la résolution de la vente.

 

19.09.1693 Retrait lignager
par Jean PERLINGUÉ, marchand boucher en qualité de frère de Pierre PERLINGUÉ
des mains de Georges DORÉ
de la moitié d’un jour de vigne à Kerprich (194 livres 4 sols).
Témoins : Claude TEMBLAIRE, maître cordonnier de Dieuze, sébastien DUVAL, compagnon cordonnier de Dieuze.

 

21.09.1693 (à Insming) Vente
par Jean ARNOULD, laboureur demeurant à Insming
à Wilhem KEGLEUR, laboureur demeurant à la Petite tenquin et Elisabeth BEAUX sa femme
de 2 fauchées de pré à Tenquin (6 livres 15 sols).
Témoins : Georges TACHER, tailleur d’habits, Nicolas JACOB, laboureur à Insming.

28.09.1693 Dette
de Sondag LUX, laboureur à Guébestroff et Hélène MONPAS
envers Henry RITTER, huissier en la prévôté royale de Dieuze (124 livres 9 sols).
Témoins : Georges DORÉ, hôtelain, André GUYON, jeune fils de Dieuze.

 

30.09.1693 Vente
par Jean BRIAN, maître tisserand à Nancy se faisant fort d’Anne LADROYE sa femme à cause d’elle pour un quart, François FURTON régent de la ville de Vic se faisant et portant fort de Madeleine LADROYE sa femme pour un autre quart, comme ayant charge de Dominique ODILE comme ayant épousé Marguerite LADROYE sa femme et de Barbe LADROYE fille majeure d’ans demeurant à Blamont et Zelle chacun pour un quart promettant de faire ratifier les héritiers de défunte Anne BAUZEMONT, mère commune des parties en son vivant veuve de Philippe GRANDIDIER, tabellion à Dieuze
à Claude HENRY, laboureur à Guermange et Marie HERIC sa femme
de la moitié de tous les biens immeubles provenant des enfants mineurs de feu christophe GRANDIDIER à Guermange (300 livres tournois)..
Les vendeurs confessent avoir reçu la somme par le moyen qu’ils demeureront quittes et déchargés envers lui d’une somme de 191 F barrois qu’ils lui doivent en qualités d’héritiers de ladite Anne BAUZEMONT comme cessionnaire de Joseph PARISET, bourgeois de Nancy par transport passé par devant maître Perrin, notaire royal à Nancy le 25 mai 1693 d’une sorte et de 54 livres comme cessionnaire d’Hélène ADAM veuve dus sieur DARTOIS de Mulcey par transport passé par devant le notaire soussigné le 8 juin dernier, et de 3 livres 1 sol pour frais de la grosse dudit contrat.
Témoins : Dominique JADELOT, marchand de Dieuze, André GUYON, fils majeur d’ans.

 

05.10.1693 Vente
par Jean LACROIX demeurant à Kerprich
à François ROUCHEMER, maître fontainier demeurant à Dieuze et Suzanne …. sa femme
d’une vigne à Kerprich acquétée de Nicolas ANDRÉ de Dieuze.
Témoins : Fleurent DESSEY, André GUYON fils majeur d’ans de Dieuze.

 

13.10.1693 Constitution de rente (5 F barrois de rente au principal de 100 F barrois).
par Jean LACROIX demeurant à Kerprich et Marguerite MORQUIN fille majeure de Kerprich
envers Nicolas BOURGAIN de Mulcey.
Témoins : André et Jean-Pierre GUYON fils majeurs d’ans.
En marge :  06.06.1709 Louise DARTOIS veuve du sieur BOURGAIN à présent femme du sieur GADILLOT reconnaît avoir reçu de Marguerite MORQUIN la somme de 100 F.

 

15.10.1693 Vente
par François Claude de SAINT FELIX, chevalier, seigneur de Villerwalt et capitaine dans le régiment de Gréder
à Dominique AUBIN, laboureur demeurant à Dieuze et Barbe MARIEN sa femme
d’un gagnage à Lindre Basse provenant de la demoiselle de VILLER grand tante du vendeur (2785 livres 15 sools tournois et 2 louis d’or pour une coiffe à la dame de SAINT FELIX mère audit seigneur.
Témoins : Charles Henry d’AINVILLE, chevalier, seigneur de Guéblange et Adam SCHMITT, hôte où pend pour enseigne « l’image Notre Dame ».
L’acheteur n’a payé que 1225 livres et a promis de payer le surplus savoir 857 livres 3 sols à la Saint Martin de l’année prochaine 1694 et le surplus faisant 642 livres 17 sols à la saint Martin 1696.
En marge : 25.04.1695 Le sieur de SAINT FELIX reconnaît avoir reçu dudit sieur AUBIN les sommes concernées et consent à la radiation.

 

15.10.1693 Bail
laissé par Sébastien JOUX, manœuvre demeurant à Héllerin dépendance de Lixin
à Christophe CHOUSSELOT, manœuvre demeurant à Mulcey
de 2 vaches (3 années ; 16 F barrois).
Témoins : André et Jean-Pierre GUYON, fils majeurs de Dieuze.

 

15.10.1693 Contrat
entre les révérendes Mère supérieure et religieuses du mnastère Saint François d’Assize de Dieuze représentée par la Révérende Mère Claire MISTON, supérieure, mère Jeanne GRIVELLE, vicaire, mère Barbe PRAILLY, ancienne, mère Anne DURANT, maitresse des novices, sœur Thérèse FOUIN, sacristaine, sœur Françoise CUNY, procureuse, sœur Marie Anne HUSSON, portière faisant la communauté entière dudit monastère, assistées de R.P. Jean-François GAILLARD, religieux cordelier leur confesseur et directeur spirituel d’une part
et Catherine LECLERC, fille majeure d’ans de défunts Nicolas LECLERC de Dieuze et Anne Marie HAMAN ses père et mère assistée de Marguerite GUILLAUME veuve dudit LECLERC sa marâtre et de Richard BELLON, marchand de Dieuze, bon ami d’autre part
Catherine LECLERC étant par inspiration divine résolue d’embrasser la vie religieuse selon les règles de l’ordre de Saint François d’Assize et les religieuses veulent bien l’admettre et réunir en qualité de religieuse de cœur pour y prendre l’habit de religion avec ferme intention et ferme résolution de vivre et demeurer le reste de ses jours consacrée à Dieu. Pour lui servir de dot elle cède aux religieuses  telle part et portion en une maison située en la large rue avec  moitié d’un jardin à arbres partageables avec Joseph HILVIX de Réchicourt le Château qui a l’autre moitié provenant de Anne Marie HAMAN sa mère. Bien entendu néanmoins que si elle venait à changer de résolution et à vouloir sortir auparavant l’année de probation, elle cède et abandonne aussi aux religieuses un jardin potager . Les religieuses promettent de la traiter charitablement comme les autres religieuses de cœur et de lui fournir au surplus tous ses habillements, entretiens et nourritures nécessaires.
Témoins : Michel NICOLAS, François FIACRE, maîtres tailleurs d’habits.

 

01.11.1693 Vente
par Gaspard MERCY, ancien échevin de la prévôté de Dieuze et Dieudonnée JACOB sa femme à cause d’elle
à Christophe MATHIS, maître patissier de Dieuze et Anne Marie ANTHOINE sa femme
d’une fauchée de pré à Dieuze partageable avec l’acquereur à cause de Barbe JACOB (30 livres tournois).
Témoins : Jean-Pierre et André GUYON, jeunes fils majeurs d’ans de Dieuze.

 

02.11.1693 Constitution de rente (5 F barrois de rente au principalde 100 F).
de Pierre MARTIN, vigneron demeurant à Lindre Basse
envers les révérendes mères supèrieure et religieuses du monastère du tiers ordre saint François d’Assize de Dieuze acceptant par la révérende mère Claire MISTON, supérieure, sœur Jeanne GRIVEL, vicaire, mère Barbe PRAILLY, ancienne, mère Anne DURANT, maitresse des novices, sœur Thérèse FOUIN, sacristaine, sœur Françoise CUNY, procureuse, sœur Marie Anne HUSSON, portière.
Il oblige une grange à Lindre qu’il a acquété de Henry RITTER.
Témoins : Pierre PETITJEAN, Nicolas ANDRÉ, maîtres cordonniers à Dieuze.
En marge :  26 avril 1717 La révérende Mère Françoise CUNY, vicaire et procureuse, confesse avoir reçu de Pierre MARTIN la somme de 100 F barrois et consent à la radiation.

 

02.11.1693 Bail
laissé par les révérendes mères supérieure et religieuses du monastère saint François d’Assize de Dieuze
à Pierre MARTIN, maître vigneron, demeurant à Lindre
d’une vigne située à Guénestroff (3 années).
Témoins : Pierre PETITJEAN, Nicolas ANDRÉ, maîtres cordonniers à Dieuze.

 

03.11.1693 Dette
de Dominique AUBIN, laboureur demeurant à Dieuze
envers Antoine PRÉGARDIN, maître vitrier natif de Sainte Marie des Calendes en Grison étant de présent à Dieuze (600 livres tournois).
Témoins : Nicolas POTOT, arpenteur juré demeurant à Bourgaltroff, André GUYON, jeune fils majeur demeurant à Dieuze.
En marge : 22 décembre 1695 Antoine PRÉGALDIN reconnaît avoir reçu de Dominique AUBIN la somme de 600 livres et consent à la radiation.

 

05.11.1693 Bail
laissé par Charles Henry d’AINVILLE, chevalier sieur de Guéblange demeurant à Dieuze
à Hans TURQ, laboureur demeurant à Lostroff
d’une vache laitière avec une genisse.
Témoins : André et Jean-Pierre GUYON fils majeurs demeurant à Dieuze.

 

27.11.1693 (à Domnom) Accord
entre Pierre VIART, laboureur demeurant à Domnom d’une part
et Nicolas ANTHOINE, maire à Domnom d’autre part
Nicolas ANTHOINE déclare qu’il a fait l’acquisition dudit VIART quelques pièces d’héritage à Domnom pour une somme de 200 F barrois à la charge par lui et ses successeurs de payer et acquéter tous les cens envers le seigneur dudit lieu , que lesdits héritages pourraient lui être tenus et affectés suivant qu’il est plus au long contenu par le contrat passé par devant maître Claude GUYON, tabellion à Dieuze le 27 juin 1684, il se trouve néanmoins qu’au lieu et place desdits cens en poules, il est du audit seigneur suivant ses titres anciens deux chapons.
Pierre VIART, promet de payer à la décharge dudit ANTHOINE chaque année au jour de saint Martin.

28.11.1693 (à Domnom) Acensement perpétuel
laissé par François Joseph de SAINT FELIX, chevalier, seigneur de Domnom et de Jeanne de SAUBOUREL son épouse à cause d’elle
à Nicolas ANTHOINE, maire à Domnom et Anne CAPS sa femme
d’une place à Domnom proche la maison dudit ANTHOINE (un chapon vif en plumes).
Témoins : Jean THOMASSIN et Jean SCHOBLOCH.

 

28.11.1693 (à Domnom) Acensement perpétuel
laissé par François Joseph de SAINT FELIX, chevalier, seigneur de Domnom et de Jeanne de SAUBOUREL son épouse à cause d’elle
à Jean SCHOBLOCH, maître maçon demeurant à Domnom et Anstienne PIERRE sa femme
d’un jardin à Domnom appelé Lossemattgarde (un chapon vif en plumes) provenant d’acquisition qu’il en avait fait du nommé Urbain MOURANT qui les tenait d’acencement  fait à son profit par la dame de SAUBOUREL en date du 23 décembre 1690 passé par devant maître Claude GUYON, tabellion, gardes notes de Dieuze
Témoins : Jean THOMASSIN et Dominique JACOB de Domnom.

 

28.11.1693 (à Morhange) Vente
par Catherine Marguerite de VIGNEULLE du SART veuve de défunt le sieur Jean Denis BREME, vivant officier et receveur de Monseigneur le comte Rhingraff de Morhange
à Nicolas GENIN, vigneron de Morhange et Charlette GUENAT sa femme
de 3 quarts de vigne à Morhange (171 livres 8 sols).
Témoins : Jean Gaspard HOFFGUESANG de Vergaville, Nicolas GERARD, maire à Lidrezing.

 

02.12.1693 Vente
par Barthélémy DESCHAMPS, manœuvre demeurant à Guénestroff
à Simon LECOMTE, maître vigneron demeurant à Kerprich et Gabrielle TOUSSAINT sa femme
d’une maison comme elle se contient à Guénestroff (128 livres 11 sols tournois).
Témoins : Joseph SIMON, maître tanneur, André GUYON, jeune fils majeur d’ans demeurant à Dieuze.
L’acquereur n’a payé que 19 F barrois.
En marge : 22.11.1694 Barthélémy DESCHAMPS reconnaît avoir reçu la somme et consent à la radiation.

 

23.12.1693 Vente
par Dominique ODILE, chartier demeurant à Hénamenil se faisant fort de Marguerite  LADROYE sa femme pour la moitié et aussi comme procureur de Barbe LADROYE fille majeure d’ans demeurant à Blamont par procuration passée par devant maître Rognon notaire royal à Blamont le 17 décembre pour l’autre moitié
à Humbert FAUCONNIER, maire des Lindres, Nicolas KIPPEUR et Nicolas MENGIN demeurant à Guermange
du quart de tous les biens immeubles provenant des enfants mineurs de feu Christophe GRANDIDIER situés à Guermange (226 livres 14 sols).
Témoins : Léger GUYON, avocat en parlement demeurant à Dieuze, Nicolas AUBRY, maître maréchal de Dieuze.
Pièce jointe : Procuration du 17 décembre de Barbe LADROYE fille majeure de Blamont constituant Dominique ODILE demeurant à Hénamenil.
Témoins : Humbert VARY bourgeois de Dieuze, Dominique ROGNEZ jeune fils, clerc à Blamont.

 

24.12.1693 Renonciation
comme François HENRY, laboureur demeurant à la Haute Lindre et Claudine TOUSSAINT sa femme, laquelle a dit et déclaré que par le traité de mariage passé entre ledit HENRY son mari et elle par devant le notaire des présentes le 9 juin dernier il lui eu été accordé entre autres choses par son dit mari une somme de 300 F barrois de douaire, préfixe et limité soit qu’il y eu enfant ou non de leurdit mariage qu’il lui aurait assigné à prendre sur les plus clairs et apparents biens de leur communauté, néanmoins comme elle n’a entendu avoir cet avantage en cas qu’il y aurait des enfants de leurdit mariage , que ce cas est arrivé.
Elle renonce  au bénéfice dudit douaire.
Témoins : Louis GUYON, marchand boucher à Dieuze, Nicolas POTOT, arpenteur juré demeurant à Bourgaltroff.

 

30.12.1693 Vente
par Barthélémy DESCHAMPS, vigneron demeurant à Guénestroff,
à Claude et Joseph HAMAN, enfants mineurs d’Etienne HAMAN et de Claudine PAULMIER acceptant par ladite PAULMIER leur mère
d’une pièce de terre acquétée de Dieudonnée ZIMETTE veuve de Claude SCHOULER de Dieuze.
Témoins : Nicolas LAGRANGE, Etienne PICARD, laboureurs demeurant à Donnelay.

 

30.12.1693 Dette
de Christian PIERRE, laboureur de Dieuze
envers François LAGRANGE, marchand à Marsal acceptant par François CORARDIN (36 livres) pour cause d’un cheval entier sous poil noir.
Témoins : Nicolas LAGRANGE, Etienne PICARD, laboureurs demeurant à Donnelay.

 

31.12.1693 Accord
entre Nicolas RENAULT demeurant à Vergaville d’une part
et Joseph BERTRAND, maître maçon à Dieuze d’autre part,
lesquels étant en procès au sujet de l’exécution d’un traité fait entre eux le deuxième du mois d’août dernier pour toute la maçonnerie qui était à faire en une maison que ledit RENAULT a fait construire à l’entrée dudit Dieuze.
Il est dit  que s’y quand les murailles seront bien crépies de chaux et sable vaudront ou seront de la même valeur et durée que si essentiellement et en premier lieu elles auraient été faites et composées de leurs matériaux, en telle sorte que sur les prétention réciproques desdites parties il y avait matière à un long procès entre elles.
Les parties remettent le jugement de l’instance entre les mains de Jean HUSSON, avocat en parlement demeurant à Dieuze convenu de la part dudit Joseph BERTRAND et entre les mains de Léger GUYON, avocat en parlement à Dieuze de la part dudit RENAULT.
Témoins : Nicolas LAGRANGE, laboureur à Donnelay, Christophe BARTHELEMY de Dieuze.