23.10.1692 Vente
par Jacques MERCY, jeune fils majeur dans résidant à Dieuze
à Antoine MERCY son frère aussi fils majeur d’ans demeurant à Dieuze
d’un demi jour de vigne à Guénestroff chargé de 9 gros 8 deniers de cens annuel à l’abbaye de Vergaville (66F 6 gros barrois).
Témoins : Michel  et François NICOLAS, tailleurs d’habits de Dieuze.
L’acquéreur n’a rien payé et promet de payer à Noël prochain.

27.10.1692 (à Bidestroff) Echanges
entre Nicolas POTOT, arpenteur juré demeurant à Bourgaltroff et Françoise BARRÉ sa femme à cause d’elle d’une part,
Jean DOUILLOT, laboureur à Bidestroff d’autre part..
Nicolas POTOT emporte une fauchée de pré à BIdestroff.
Jean DOUILLOT emporte la moitié dans un jardin contenant un jour un quart, partageable en indivis avec ledit DOUILLOT
Témoins : Fiacre CLAUDIN, maître charpentier, Joseph CLAUDIN de Bidestroff.

 

27.10.1692 (à Bidestroff) Partage
entre Nicolas POTOT, arpenteur juré demeurant à Bourgaltroff et Françoise BARRÉ sa femme à cause d’elle et Christophe BARRÉ, jeune fils majeur d’ans demeurant à Bidestroff d’une part,
et Joseph PIERRARD, laboureur demeurant à Conthil et Marie-Anne BARRÉ sa femme à cause d’elle d’autre part,
tous héritiers universels de défunte Odile LEINE vivante femme à Pierre BARRÉ de Bidestroff leur mère et belle-mère.
qui ont convenu de Pierre BAPTISTE et Joseph TOUSSAINT, avocats en parlement résidant à Dieuze pour juges compromissaires de leurs différents.
Joseph PIERRARD et Marie Anne sa femme ayant été beaucoup plus considérablement avantagé que ledits POTOT et BARRÉ cédent à Nicolas POTOT et Françoise BARRÉ sa femme et à Christophe BARRÉ leur frère le tiers en une maison sise à Bidestroff  entre le seigneur d’une part, une place encore indivise entre les parties et un jardin su sieur PIERRARD d’autre part, ladite maison partageable et indivise avec les acceptants … et comme il y a encore quantité d’autres biens immeubles situés à Bidestroff échus de l’hérédité de feu odile leur mère et belle-mère, ils ont déclarés qu’ayant procédé entre eux au partage et divisions dont ldit POTOT comme aîné à cause de Françoise BARRÉ aurait fait trois lots … ledit Christophe BARRÉ comme étant le plus jeune a choisi le lot coté 3… Joseph PIERRARD et Marie-Anne BARRÉ ont choisi le lot 2.
Témoins : Fiacre CLAUDIN, maître charpentier, Joseph CLAUDIN de Bidestroff.

 

11.11.1692 Bail
laissé par Georges PIERRON, huissier en la mrévôté de Dieuze, fondé de procuration de Jeanne Louise BAILLY veuve du sieur CORDOZE demeurant à Pullenoy
à Jean DUR, laboureur à Loudrefing
d’un gagnage lui  appartenant à Loudrefing  (6 années ; défricher chaque année 1 jour de terre et une fauchée de pré dans les endroits qui lui seront les plus commodes, le laisseu s’oblige de son côté à faire défricher 24 fauchées de pré et de payer tous les cens dont le gagnage pourrait être chargé envers le sieur DUFORT seigneur de Bidestroff moyennnant 7 F barrois que le preneur devra payer ; 70 F barrois et lamoitié des fruits perçus dans les jardins et dépendances et un epinte de miel).
Témoins : Claude TEMBLAIRE, maître cordonnier, Nicolas JACQUOT, de Dieuze.

 

12.11.1692 Dette
de Etienne TEMBLAIRE, maître cordonnier de Dieuze
envers Jean PIERRON, jeune fils mineur de feu Etienne PIERRON, maréchal ferrant à Dieuze et Anne GRANDIDIER à présent femme de Jean-Claude SUISSE , laboureur à Guébestroff (330 F barrois).
Témoins : Nicolas AUBRY, maître maréchal ferrant, Jacques NOIRJEAN, maître cordonnier de Dieuze.
En marge : 16.11.1694 Radiation du condenetement de Jean-Claude SUISSE tuteur dudit Jean PIERRON, ayant reçu 330F d’Etienne TEMBLAIRE.

 

12.11.1692 Dette
de Nicolas AUBRY, maître maréchal ferrant demeurant à Dieuze,
envers Jean PIERRON, fils mineur de feu Etienne PIERRON, maréchal ferrant de Dieuze et Anne GRANDIDIER à présent femme de Jean Claude SUISSE, laboureur demeurant à Guébestroff  (220 F barrois).
Témoins : Etienne TEMBLAIRE, Jacques NOIRJEAN.
En marge : 31.03.1701 Jean PIERRON a reçu de Nicolas AUBRY la somme de 220 F et consent à la radiation.

 

15.11.1692 Bail
par Sébastien SIMONIN, laboureur demeurant à Mulcey
à Jean JOUG, manœuvre à Mulcey
de deux vaches, l’une de l’âge de trois ans, l’autre sous poil noir de l’âge de neuf ans (3 ans ; les veaux seront partagés ; s’il arrivait faute par la négligence du preneur il sera obligé d’en payer la somme de onze écus tournois pièce ; si la perte arrivait par un accident imprévu il ne sera tenu à aucune restitution ; 18 F chaque année).
Témoins : Louis GÉNIN, manœuvre à Mulcey, Nicolas SIMONIN, clerc à Dieuze.

 

15.11.1692 Bail
par Sébastien SIMONIN, laboureur demeurant à Mulcey
à Louis GENIN, manœuvre à Mulcey
de deux vaches, l’une de deux ans, l’autre de trois ans (16 F barrois et 3 chopines de bon lait).
Témoins : Jean JOUX, manœuvre à Mulcey, Nicolas SIMONIN, clerc à Dieuze.

 

17.11.1692 Vente
par Sébastien SIMONIN, laboureur demeurant à Mulcey se portant fort de Anne GRANDJEAN sa femme
à Balthazard WACHTER, maître charpentier demeurant à Saint-Médard, et Anne Marie CORDIER sa femme
d’un demi jour de vigne à Saint Médard (250 F barrois).
Témoins : Louis GUYON, jeune fils majeur d’ans, Nicolas SIMONIN, clerc à Dieuze.
L’acquéreur n’a payé que les vins et promet la rente annuelle de la somme.
En marge : 28.11.1705 : Claude GUYON procureur de SAR en la prévôté de Dieuze et Jean Nicolas SIMONIN, avocat à la Cour demeurant à Nancy, confessent avoir reçu du débiteur la somme de 250 F et consentent à la radiation.

 

03.12.1692 Vente
par Appels REBE veuve de Peter HEILLE, manœuvre demeurant à Nelling
à Nicolas GAUCHER, laboureur demeurant à Nelling et Marie BOUR sa femme
de 2 jours de terre à Nelling (56 F barrois).
Témoins : Jean ARNOULD, laboureur à Nelling ; André GUYON, jeune fils majeur d’ans demeurant à Dieuze.

 

03.12.1692 Vente
par Appels REBE veuve de Peter HEILLE, manœuvre demeurant à Nelling
à Jean ARNOULD, laboureur à Nelling et Marie MILLER sa femme
de 2 jours de terre à Nelling (70 F barrois).
Témoins : Claude TEMBLAIRE, maître cordonnier à Dieuze, André GUYON, jeune fils majeur d’ans à Dieuze.

 

Sans date : Insinuation d’un acte de vente passé à Virming le 28.11.1701
par Etienne BOURGER et Anne Catherine STEITERINE sa femme demeurant à Bistroff
à Barthel FORR de Virming et Anne Catherine GUERBER sa femme
de leur part et portion dans une maison à Virming provenant d’acquet faits entre leurs consors (280 F barrois).
Témoins : Michel VEBER demeurant à Virming, Nicolas MOUGENOT demeurant à Altroff.

 

05.12.1692 (à Marimont) Partage
entre Otto Louis comte de HUNOLSTEIN, seigneur de Zoutch et Hydersdorff étant de présent à Marimont et Henriette Adélaïde des BUCHETS son épouse d’une part
Marie Lusse des BUCHETS fille de feu messire Christophe comte DESBUCHETS, seigneur d’Ajoncourt, Marimont et Antoinette Adélaïde de MARIMONT son épouse, ses père et mère, icelle majeure d’ans, assistée de Eric de SAINT IGNON, chevalier seigneur de Viller le Prudhomme, Ville en Haye, Rogéville, Abrainville son oncle, de haut et puissant seigneur Jacques PINYAC, seigneur de la Girardière, Félix etc… aussi son oncle d’autre part
de tous les biens tant mobiliers qu’immobiliers à eux échus après le décès après le décès de leurs père et mère , dans lequel partage les sieur et dame d’HUNOLSTEIN auraient fait rapport et compris la somme de 14 666 F 8 gros par eux touchés pour la dot promise et accordée  par son contrat de mariage passé par devant Anthoine, tabellion à Nomeny le 28 novembre 1684 et le traité du 12 juillet 1692 qu’autres avancements d’hoiries par eux touchés et dont ladite Marie Lusse DESBUCHETS leur sœur demandait le rapport pour être égalée.
Les sieur et dame d’HUNOLSTEIN cèdent la terre et seigneurie de Marimont, en tous droits de haute, moyenne et basse justice, château ruiné, maison forte seigneuriale, basse cour, bois de haute futaie, rappailles, jardins, vignes, étangs, terres, prés, haies et buissons et généralement tous les droits, cens, rentes et redevances et toutes autres choses sans en rien excepter ni retenir, ladite terre provenant d’hérédité des seigneur et dame DESBUCHETS leur père et mère… étant au surplus la somme de 22 000 francs barrois… la demoiselle acceptante s’oblige à payer une somme de 6 000 F barrois due par constitution passée par devant (laissé en blanc) aux héritiers et ayant cause de défunt Jacques HARDONCOURT, archiprêtre de Vergaville et Curé de Dieuze … le surplus de ladite cession se montant à 1333 F 4 gros est partagée entre eux deux sit 666 F 8 gros chacun.
Témoins : Jean-Louis LECLERC, curé de Marimont et Bassing, Jean FLORANGE, bourgeois de Volmerange.

 

 

05 .12.1692 Bail
laissé par Sébastien SIMONIN demeurant à Mulcey
à Georges MAYE, manœuvre à Mulcey,
de 2 vaches (3 années ; 18 F barrois).
Témoins : André GUYON, Nicolas SIMONIN, clercs à Dieuze.

 

05 .12.1692 Bail
laissé par Sébastien SIMONIN demeurant à Mulcey
à Nicolas JOUX, laboureur à Saint Médard
de 2 vaches  laitières sous poil noir (3 années ; 34 F barrois et 3 pintes de beurre frais).
Témoins : André GUYON, Nicolas SIMONIN, clercs à Dieuze.

 

08.12.1692 Dette
de Sébastien HOMO, manœuvre à Gelucourt
envers Henry RITTER l’un des huissiers de la prévôté royale de Dieuze 400 F barrois
pour cause de pareille somme à lui délivrée et emplyée à l’acquisition d’une maison à Gelucourt.
Témoins : Nicolas GUYON, notaire royal établi en la ville de Dieuze, Charles ROYDOT, maître orfèvre à Dieuze.
En marge : 24 juin 1698 Henry RITTER reconnaît avoir reçu de Sébastien HOMO la somme de 400 F  et consent à la radiation.

09.12.1692            (à Vergaville) Cession
par Claude PIERRARD de Bidestroff père, d’une part
Joseph PIERRARD son fils, laboureur à Conthil, et Marie-Anne BARRÉ, Nicolas PROUVÉ, chirurgien à Vergaville, et Louise PIERRARD sa femme et Marguerite PIERRARD leur sœur fille majeure à Bidestroff d’autre part
... Claude PIERRARD ayant acquêté avec défunte Elisabeth LESCOSSOIS  sa femme mère des comparants, une maison sise à Destry de Pierre COINCE, laboureur audit lieu et Anne LECLERC sa femme pour la somme de 1 000 F barrois de principal, une pistole aux vins et un écu pour couvre chef par contrat passé devant F.Thomas, tabellion au comté de Morhange le 19 novembre 1687, la moitié dans un gagnage à Destry acheté de noble Daniel CLAUSMAN, haut officier dans la chatellenie d’Haboudange pour la somme de 1 500 F barrois, l’autre moitié appartenant déjà à défunte demoiselle LESCOSSOIS sa femme suivant contrat passé par devant Brahin, tabellion au comté de Morhange le 17 avril 1684 comme aussi un gagnage à Conthil consistant en une maison, jardin, terres et prés retiré conjointement avec la défunte de thomas FABVRE, directeur des salines de Moyenvic pour la somme de 2 000 F en principal suivant le contrat passé devant Claudon, tabellion à Vic le 4 juillet 1668 avec plusieurs acquêts au ban de Bidestroff dans tous lesquels ledit sieur PIERRARD père a la moitié, l’autre moitié appartenant aux susnommés ses enfants à cause de demoiselle LESCOSSOIS leur mère. Il appartient aussi audit Joseph PIERRARD et à ses sœurs à cause de ladite demoiselle LESCOSSOIS leur mère, de l’ancien d’icelle, savoir un gagnage à Burlioncourt, un autre à Bidestroff avec une maison, et la moitié d’une autre à Destry.
Claude PIERRARD abandonne à ses enfants la propriété de lamoitié de ce qui lui appartient dans tous les acquêts ci-dessus dénommés faits avec ladite défunte sa femme. Au réciproque Joseph PIERRARD et consors abandonnent à Claude PIERRARD leur père et beau-père la propriété d’un gagnage à Burlioncourt.
Témoins : Nicolas DESENS, curé de Vergaville, Etiene MARIN, laboureur à Vergaville.

 

09.12.1692 Bail
laissé par demoiselle Marie Lusse DESBUCHETS fille de haut et puissant seigneur messire Christophe comte DESBUCHETS, seigneur d’Ajoncourt, Marimont et de dame Antoinette Adélaïde de MARIMONT ses père et mère, propriétaire de ladite terre et seigneurie, assistée de Otto Louis comte d’HUNOLSTEIN, seigneur de Zoutch et Hydendorff étant de présent à Marimont, son beau-frère
à Pierre GERIN bourgeois de Dieuze
la terre et seigneurie de Marimont, consistant en droits de haute, moyenne et basse justice, château, maison forte, basse cour, vignes, étangs, jardins, terres, prés, haies et buissons, avec les deux tiers des grosses dîmes de Marimont et la totalité des menues dîmes dudit lieu, à la réserve ce la cense de Chrivatt ban de Vahl et de la métairie d’Aguines aussi ban de Vahl comme aussi des terres de Léning Altroff qui n’ont point été partagées entre ledit seigneur de HUNOLSTEIN et ladite demoiselle DESBUCHETS et qu’elle se réserve 2 chambres hautes qui prennent le jour du côté du vieux château, une chambre basse où loge actuellement Anstien GIGOULT, ancien domestique avec un petit jardin dont il jouira sa vie durantcomme aussi une place dans l’écurie pour loger deux chevaux seulement. Le preneur jouira aussi des terres que feue madame DESBUCHETS a fait défricher appelées ‘le poitre de l’écorcheur », laissées pour 6 années à François MARECHAL dont il n’y a encore que 3 d’expirées. Les terres que le nommé Gaspard a défriché ne seront aussi comprises dans le rpésent bail (6 années ; 1200 F barrois).
Témoins : Jean-Louis LECLERCn prêtre curé de Bassing, Adam LAURENT, marchand à Dieuze.

 

10.12.1692 (à Vergaville) Partages
entre Joseph PIERRARD, laboureur à Conthil, Nicolas PROUVÉ, maître chirurgien à Vergaville et Louise PIERRARD sa femme à cause d’elle et Marguerite PIERRARD leur sœur, fille majeure d’ans demeurant à Bidestroff, tous héritiers universels de feue Elisabeth LESCOSSOIS femme de Claude PIERRARD de Bidestroff leur mère
des biens fonds anciens de leur mère, des acquêts faits pendant la communauté d’entre ledit Claude PIERRARD leur père et leur mère dont ledit Claude PIERRARD leur a abandonné sa part par acte d’abandonnement passé ce jour d’hui par contrat par lequel Claude PIERRARD aurait eu la propriété d’un gagnage à Burlioncourt suivant qu’il parait plus long par le partage fait des biens avec les héritiers du sieur Jacques BATHEL, conseiller au bailliage de Vic.
Joseph PIERRARD comme aîné a dressé 3 lots côtés. Marguerite PIERRARD comme plus jeune a choisi le partage côté premier contenant le gagnage de Destry acqueté de Pierre COINCE et Anne LECLERC, d’un autre acquet fait de noble Daniel CLAUSMAN, haut officier en la châtellenie d’Haboudange et d’un pied de terre montant à la quantité de 116 jours un quart et 47 fauchées 3 quarts de pré et 2 jours de bois en date du 8 mars 1683 signé J.Manderscheidt, arpenteur à Vallerange.
Le sieur Nicolas PROUVÉ à cause de Louise PIERRARD sa femme a choisi le partage coté deuxième et emporte un gagnage sis à Conthil et une déclaration de pied terrier montant à 104 3 hommées 17 verges et demi de l’année 1669 signé N.Thiebault avec paraphe avec 36 fauchées «  quarts 18 verges et demi, et 3 quarts et demi de pré à Bidestroff.
A Joseph PIERRARD comme aîné est obvenu le gagnage de Bidestroff au contenu du pied terrier du 31 décembre 1685 signé Cotte, commissaire et C.Gillet arpenteur.
Témoins : Nicolas DESENS, prêtre curé de Vergaville, Jean René MANVOY, médecin à Vic.

 

11.12.1692 (à Vittersbourg) Retrait lignager
des mains de Nicolas SIEBERT, laboureur à Wittersbourg
par Anne Marie SCHWARTZ fille majeure de Marc SCHWARTZ, laboureur à Vallerange, assisté de son père, comme plus proche lignager de celui-ci
les biens immeubles provenant de la succession de Liep FEISTHAMEL et de This PARMENTIER de Vittersbourg
que le cédant a acquété de Marc SCHWARTZ par acquet sous seing privé par devant Jean DIEZ greffier à Insming le 3 septembre 1692 (353 F barrois 6 gros).
Témoins : Thomas BALTZER, charron, Sondach BOUR, manœuvre de Wittersbourg.

 

12.12.1692 ( à Vittersbourg)  Vente
par Anne Marie SCHWARTZ fille majeure de Marc SCHWARTZ, laboureur à Vallerange, assistée de son père
à Claude RENERT, laboureur à Vittersbourg et Marguerite AURÉ sa femme
les biens immeubles provenant de la succession de feu This PARMENTIER de Vittersbourg  consistant en place masure sur laquelle Nicolas SIEBERT a sa maison bâtie (560 F barrois).
Témoins : Peter HOUPERT, maire à Insming, Thomas BALTZER, charron à Vittersbourg.
L’acquéreur n’a payé que 43 écus et demi comptant  et a promis de payer les 36 écus et demi restant au premier jour de l’année 1693.
En marge : 12 janvier 1693. L’obligation est rayée du consentement du créditeur.

 

17.12.1692 Partage
entre Pierre PERLINGUET fils majeur d’ans, marchand boucher à Dieuze d’une part
Jean PERLINGUET, son frère, aussi marchand boucher à Dieuze d’autre part
d’une grange indivise acquétée de François FAUCHER de Vergaville, sise à Dieuze.
Jean PERLINGUET emporte le partage côté premier avec Barbe FONTENOY sa femme.
Témoins : Gaspard MERCY, maître échevin à Dieuze, Georges DORÉ, hôtelain du cheval blanc de Dieuze.

 

17.12.1692 Désignation d’arbitres
entre Pierre PERLINGUET fils majeur d’ans, marchand boucher à Dieuze d’une part
Jean PERLINGUET, son frère, aussi marchand boucher à Dieuze d’autre part
qui ont choisi Gaspard MERCY, ci-devant échevin en la prévôté de Dieuze et Georges DORÉ, hôte du cheval blanc de Dieuze pour juges de leurs différents.
Témoins : Christophe FONTENOY, maître serrurier de Dieuze, Nicolas THIRIET, serrurier à Vergaville.


17.12.1692  Compte rendu d’arbitrage
fait par Gaspard MERCY et Georges DORÉ, choisis par Pierre et Jean PERLINGUET, frères marchands bouchers à Dieuze
au sujet des avantages que ledit Pierre prétend lui devoir être fait de la moitié des frais exposés au festin dudit Jean PERLINGUET, qu’il a soutenu monter à une somme de 300 F et aussi pour un manteau que ledit Jean a eu en mariage, le tout provenant de leurs effets communs.
Ils ordonnent qu’avant partage Pierre PERLINGUET prendra 140 F barrois, tant pour les frais de festin que pour le manteau et à l’égard des chevaux respectivement prétendus.

21.12.1692 Bail
laissé par Gaspard MERCY ci devant échevin en la prévôté de Dieuze et Barbe JACOB veuve de feu Jean COESAR, marchand boucher de Dieuze
à Claude SAULNIER, laboureur à Dieuze et Anne HANS sa femme
d’un gagnage appartenant aux laisseurs aux bans de Huate et Basse Lindre (9 années ; à charge de défricher un jour de terre ou une fauchées de pré chaque année, de rétablir  la chambre basse de devant avec un endroit commade à mettre le lait ; 13 paires de resaux).
Témoins : Nicolas KALBFEIST, laboureur à Kerprich, Nicolas FOUTCH, garçon cordonnier à Dieuze.

 

27.12.1692 (à Lostroff) Pouvoir
de Marguerite BISE au sieur Pierre MORLOT mon mari de vendre une pièce de bois au ban de Kerprich provenant d’hérédité de mon grand père Haman BISE et ce pour acquitter une somme de 13 écus blancs valant 3 livres l’un due au sieur PIERRON huissier  de Dieuze pour plusieurs voyages et vacations faite à notre requête pour plusieurs affaires.